» Sommaire » Marie-Ségolène » Actualité » Le retour raté de l’éternel Jospin

Le retour raté de l’éternel Jospin

lundi 26 février 2007


Après son départ par la petite porte au soir du 21 avril 2002, Jospin oscillait depuis lors entre allers et retours Ile de Ré – Paris, et vaines tentatives d’être audible après sa défaite cinglante. Pourtant il y croyait à son destin présidentiel, surtout depuis ce petit mot reçu quelques jours après le deuxième tour de 2002, du député de l’Isère André Vallini : « Lionel, tu seras notre candidat à la présidentielle de 2007 ». Mais les socialistes, en quête de fraîcheur mais aussi de candeur lui auront préféré Madonna, Like a prayer !

Après quelques boulettes et autres cafouillages, Ségolène l’a donc sorti du formol sûrement sur les bons conseils de Flamby qui a reconnu que Michel (le pseudo de Jospin chez les trotskystes) pouvait « amener son expérience, sa force, le souvenir des campagnes qu’il a menées et notamment montrer ce qu’il ne faut plus refaire : la dispersion et la perte des repères ». La machine à perdre est donc lancée… Tant mieux, car persuadé d’avoir mené une politique efficace pendant 5 ans, il avait pêché par naïveté tout au long de la campagne de 2002 ! Espérons qu’il pêche par orgueil en 2007…

Ce ralliement tardif de Jospin, acquis sur simple appel téléphonique de la candidate sonne pourtant comme un constat d’échec des socialistes. Candidat probable à l’investiture socialiste, Jospin n’avait pas été tendre avec Barbie à la fin de l’été. Schizos les socialistes ? Probable encore une fois. Le 25 septembre dernier, peu avant de jeter l’éponge pour être investi, il avait accusé Royal de « futilité », précisant « quand j’entends un socialiste dire que les français sont les meilleurs experts et sont meilleurs que les experts, je dis que c’est de la pure démagogie ». Puis le 28 septembre il avait révélé qu’il y avait « un choix qu’il ne ferait pas en faveur d’un des candidats, ou pour être plus précis, d’une » ! Une fois n’est pas coutume, Jospin avait raison. Puis, après avoir refusé d’assister à la cérémonie d’investiture de Ségolène à la Mutualité en novembre, il avait décliné le 11 février dernier l’invitation à participer à la parade des éléphants à Villepinte, en envoyant un mot d’excuses. Trop poli pour être honnête, Jospin agace toujours autant !

26 Messages

  • C’est invraisemblable, mais vrai. La France aime les vieux...Ces vieux qui lui ont fait tant de mal.Ils ont loupés le train a la fin du 19° siecle. Depuis ils vivent dans la nostalgie d’un socialisme nouvelle religion d’un état qui a pri la place des églises.Petain devait nous sauver en 40 deja un vieux galonné...Et en provenance des Charentes voila Jospin figure du socialisme ...Le grand ecart Segl’Haine sait ce que c’est, avec tout ses vieux sans couilles elles a de beaux jours devant elle. Pour la Fance c’est la cata mais apres avoir si puissament contribué a éseveler les populations qu’il aime tant (80%) d’une classe d’age au bac. Le retraité de l’ile de ré ne pouvait s’éteindre dans le silence.

    repondre message

    • Le retour raté de l’éternel Jospin 26 février 2007 21:49, par gold31

      A propos de Jospin....

      Voici un morceau choisi de " la capitulation des éléphants "...tiré d’un article de politique fiction : " De Léonid Brejnev à Ségolène Royal" ( par gold31)

      Comme on le leur a demandé les condamnés feront serment d’allégeance , non sans gravité pour les uns , sur un ton faussement décontracté pour les autres . Mais tous s’exécuteront , Dominique , Laurent ... tous sans exception .

      Le premier d’entre eux , respect oblige , sera l’ex chef déchu Lionel , dit « l’ancien » . Pour sauver la face et tenter de faire diversion , il tutoiera celle qui dans son coeur restera à jamais « l’ usurpatrice » .

      Allant même jusqu’à interpeller par son prénom cette amie de toujours , il lui dira goguenard : « Ségolène , nous ne t’avons pas comprise au début , pardonne nous . Aujourd’hui , tu nous vois tous réunis derrière toi pour t’amener à la victoire . »

      La foule enfin sortie de sa torpeur applaudit à tout rompre cette bénédiction tant attendue du vieux druide . C’est qu’il a l’air sincère Lionel , la foule voudrait y croire .

      Mais personne ne remarquera derrière le sourire de remerciement convenu que lui décochera madame Royal , la petite lueur assassine dans ses yeux , qui renverra quoiqu’il arrive l’éléphant cacochyme à son cimetière , pour une seconde et dernière fois .

      Voir en ligne : Jospin...ou le cimetière des elephants vu par Ségolène Royal

      repondre message

  • Le retour raté de l’éternel Jospin

    26 février 2007 18:28, par csérieux

    Permettez-moi de proposer une explication au retour de Jospin (et des autres...) Que Mme ROYAl soit décidément sans envergure et même sans culture, c’est un fait qu’elle a amplement démontré elle-même et ce n’est pas fini. Tout cela les éléphants le savaient (voir le florilège de leurs petites phrases assassines avant novembre 2006), mais ils n’ont pu empêcher la roublarde de les doubler en se faisant élire par les militants des préaux. Alors, que font-ils aujourd’hui ? Constatant le désastre annoncé, ils essayent à la fois sauver les meubles et la face de la candidate. Contrairement à ce que cette dernière affirme à tous vents, je suis d’avis que ce n’est pas elle qui a rappelé l’équipe (qui rappellerait une équipe qui perd ?), mais, qu’au nom de la sauvegarde du Parti, tous se sont entendus, Jospin en tête, pour venir la marquer à la culotte jusqu’au jour J.

    repondre message

    • C’est exactement ce que j’ai pensé lorsque j’appris le retour des éléphants. Ils ont dû dire : "Maintenant, la récré est terminée, c’est à nous de jouer !" Je n’imagine pas un seul instant que c’est elle qui les a rappelés.
      LD

      repondre message

      • Le retour raté de l’éternel Jospin 26 février 2007 21:38, par LISA

        JE PENSE LA MEME CHOSE. TOUTE LA SUFFISANCE, LE MEPRIS, dont elle fait preuve avec chacun, c’est evident.
        CETTE MANOEUVRE A ETE MISE AU POINT EN RAISON DES MAUVAIS SONDAGES ET DU DEPART DE BESSON.

        CERTAINS DE LA PREMIERE EQUIPE N ETAIENT CERTAINEMENT PAS POUR.

        CALIFE A LA PLACE DU CALIFE !.....BIENTOT CA VA COINCER !

        repondre message

        • Le retour raté de l’éternel Jospin 2 mars 2007 14:17, par Frustré

          Si c’est la lecture des sondages qui a rendu le retour des éléphants possible il faut noté qu’ils ont du se prendre les pieds dans le tapis...A date les sondages ne montrent pas la moindre inflection.Que Les éléphants soient si "leger" Sur le plan politique nous le savions mais sur le plan éléctoral ?Bonne surprise

          repondre message

      • Le retour raté de l’éternel Jospin 4 mars 2007 14:04, par gold31

        Pour ceux qui en douteraient encore , voici le fond de la pensée ( exprimée à haute voix ) de Lionel Jospin ces jours derniers ( paru dans le point ) :

        Lionel Jospin : ( parlant de Ségolène ) « ça peut marcher , mais on n’aurait jamais vu ça : gagner contre le parti , contre l’establishment , contre la politique ! »
        L ’ancien premier ministre ne restera pas inerte en cas de défaite de la candidate , voici ce qu’il aurait déclaré : « Si Ségolène Royal est battue , préparez vous à ce qu’on reprenne le parti . Et il y a des personnes dont je vais personnellement m’occuper » .

        repondre message

        • Parce qu’en plus il a l’esprit vengeur (j’avais oublié ZORRO = vengeur masqué) il manque pas d’air celui là, il ferait mieux de faire profil bas et d’aller à la pêche ... le PS qu’en restera t-il après avril ? pas grand chose si ce n’est le néant total, la doctrine a vécu on n’en veut plus de leurs "conneries" de toute nature ........ maintenant il faut passer aux choses sérieuses et prendre conscience qu’il faut encourager le travail, que les aides diverses et variées ont elles aussi vécues et que la dette publique doit baisser.
          Segolène sera battue et le parti même repris ne pourra pas faire grand chose LE MUR EST TOMBE et LE SYSTEME A VECU LUI AUSSI
          Vite aux urnes .... pour qu’elle ne passe pas.

          repondre message

    • Le retour raté de l’éternel Jospin 27 février 2007 00:01, par Docteur Fatty

      ATTENTION ! ! !

      ZORRO EST ARRIVÉ...

      repondre message

      • Le retour raté de l’éternel Jospin 28 février 2007 12:48, par csérieux

        ZORRO est arrivé, mais il annonce déjà son départ ! En effet, il a déclaré hier qu’il prendrait "une part active, mais modeste" à la campagne électorale de Mlle ROYAL.

        Une fois de plus M. JOSPIN démontre qu’il n’est pas un homme d’action ! Que signifie ce charabia d’instit à la retraite ? ou l’on est actif et alors ça bouge et ce n’est pas "modeste", ou l’on ne veut pas faire parler de soi et alors on reste inactif...En somme, il est là sans être là !

        A la vérité, je pense que l’illustre intermittent de la politique, l’ineffable revenant revenu, annonce ainsi déjà sa sortie : il est monté sur le bateau, mais à la première nouvelle gaffe de Mlle ROYAL, il enfilera son gilet de sauvetage, montera sur son canot de secours...et rejoindra l’île Ré en laissant les autres se dépatouiller.

        repondre message

        • Le retour raté de l’éternel Jospin 2 mars 2007 19:05, par Zorro

          Ah non !

          Zorro c’est moi, ne me piquez pas mon pseudo, le sergent Garcia en est encore tout retourné.........!

          A en jugé par son piteux retour, Jospin n’a vraiment rien du justicier masqué..........!

          Sans rancune,

          Zorro.

          repondre message

          • Le retour raté de l’éternel Jospin 2 mars 2007 22:09, par Docteur Fatty

            Il n’a rien d’un justicier, mais le masque il l’a déjà !!!

            Les masques c’est une spécialité PS : on masque sa fortune pour tenter d’avoir les voix des plus mal partis sur l’échelle sociale...

            repondre message

        • Le retour raté de l’éternel Jospin 2 mars 2007 22:06, par Lee Harvey Oswald

          Jospin a laissé entendre que si jamais la Royal perdait les élections, il s’occuperait PERSONNELLEMENT de "régler leur compte" à certains au siège du PS...

          Quand Bécassine va prendre sa danse au Grand Soir de mai, cela risque d’être très marrant...

          repondre message

  • Le retour raté de l’éternel Jospin

    26 février 2007 21:53, par Paul-Emic

    la phrase préférée de Jospin ce doit être : "promis demain j’arrête"

    repondre message

  • Et comme en 2002, Jospin va faire perdre Segolene Royal. rendez vous le 6 mars lol

    Voir en ligne : Votez pour Nicolas Sarkozy pour le 1er tour de l’élection présidentielle

    repondre message

  • Le retour raté de l’éternel Jospin

    28 février 2007 11:44, par Kim

    Pitié ! Pas lui, encore....

    repondre message

    • Le retour raté de l’éternel Jospin 2 mars 2007 21:46, par DANIEL

      Jospin a posé comme seule condition à son " retour, " que Chevènement soit écarté du proche entourage de Marie-Ségolène, condition que celle-ci a immédiatement acceptée.
      Yoyo reproche donc toujours au " résuscité " son échec de 2002.!
      Décidément quel bordel au P.S. Mais de celà on ne s’en plaindra pas.!!

      repondre message

    • MARIE-SEGOLENE, LE PS ET AIRBUS 3 mars 2007 16:25, par DANIEL

      Alors que les principaux candidats à la Présidentielle se sont tous prononcé personnellement après l’annonce du plan de restructuration
      chez Airbus, Marie-Ségolène a préféré une nouvelle fois se défiler en envoyant en première ligne son incontournable " toutou de garde " j’ai nommé Mister Djack, sans doûte par peur de sortir une nouvelle connerie. !
      Remarquez, l’ex-futur Ministre de la culture n’a guère fait mieux puisqu’il a suggéré une nouvelle fois que l’Etat prenne ses responsabilités autrement dit : " Contribuables à vos portefeuille !! "
      Quand à Miss Poitou elle a renconté l’intersyndicale d’Airbus hier soir en marge de son meeting à Mont-de-Marsan. Après paraît-il plusieurs aller retour chez Martin Malvy Président P.S.de la Région Midi-Pyrénées elle a annoncé aux syndicats qu’elle ferait une proposition mardi prochain. Encore un grand cou de...vent ? Probablement. !!

      repondre message

  • Le retour raté de l’éternel Jospin

    2 mars 2007 21:56, par gold31

    LORSQUE LES ELEPHANTS SOUTIENNENT SEGOLENE ROYAL EN MARCHANT ...« SUR DES OEUFS »

    Cela n’est désormais plus un secret , faute de voir les éléphants rallier spontanément sa cause , Ségolène Royal a dû se résigner « non sans souffrance » à devoir appeler en personne DSK , Claude Bartolone , Henri Weber , et Laurent Fabius lui-même , afin que ces derniers consentent à paraître enfin en sa compagnie lors de la grand’ Messe ...

    « Elle a consenti pour la première fois à montrer qu’elle avait besoin d’eux ». Elle jusqu’alors indifférente au plus grand nombre des ténors du parti ! « Ni avec eux , ni sans eux » semblaient elle leur dire en sourdine . Bref , Ségolène s’est trouvée contrainte de décrocher le combiné , elle qui déteste « embrasser » ( selon un de ses proches .)

    Pour autant , faut-il voir dans ce ralliement des éléphants un ralliement sans conditions de la part de ces derniers , ou une soumission comme on l’a dit , de la candidate ?

    Les récentes réactions des éléphants sont édifiantes sur ce point , voici quelques propos rapportés par les intéressés eux mêmes :

    Lionel Jospin : ( parlant de Ségolène ) « ça peut marcher , mais on n’aurait jamais vu ça : gagner contre le parti , contre l’establishment , contre la politique ! »
    L ’ancien premier ministre ne restera pas inerte en cas de défaite de la candidate , voici ce qu’il aurait déclaré : « Si Ségolène Royal est battue , préparez vous à ce qu’on reprenne le parti . Et il y a des personnes dont je vais personnellement m’occuper » .

    DSK se fait fort quant à lui : « de faire fructifier son pactole de voix pour 2012 ! »

    Laurent Fabius fera remarquer de son côté aussi : « qu’il n’aura que 65 ans en 2012 » et que tout est possible !

    Ainsi , malgré leurs déconvenues , ni Lionel Jospin , ni DSK , ni Laurent Fabius n’ont décidé de renoncer . « Il ont accépté leur défaite , ils préparent leur revanche ».

    Ainsi , derrière les apparences de ralliement , les éléphants du PS ne croient pas véritablement à la victoire de la candidate . Ces derniers attendraient le 6 mai pour prendre leur revanche .

    La méfiance est désormais de règle au sein du parti , et les rivalités comme les haines s’expriment en coulisses ... loin des médias , en attendant des jours meilleurs .

    Madame Royal peut effectivement se targuer d’avoir : « la meilleure équipe qui soit » !
    De quoi rassurer le peuple Français effectivement .

    ( certains extraits et citations sont tirées des informations fournies par « le point » )

    Gold31

    Voir en ligne : http://jeff123.typepad.fr/royalmensonge

    repondre message

  • Le retour raté de l’éternel Jospin

    3 mars 2007 16:10, par DANIEL

    Lionel Jospin a mis une condition a son retour, il a en effet éxiger le départ de Chevènement de la " garde rapprochée " de Marie-Ségolène. En effet, Yoyo considère toujours l’ex-ministre de l’intèrieur responsable de son absence au 2ème tour en 2002.
    Miss Poitou s’est pliée immédiatement à cette éxigence bien que Jospin n’est prévu d’assister qu’à un seul meeting de SR le 15 Mars dans le Nord. !!

    repondre message

    • Il pourra toujours profiter de ce meeting pour expliquer comment il a sacrifié EADS au nom de la politique en 1999. Qui fait les frais aujourd’hui de la méconnaissance des réalités industrielles des socialistes ?

      repondre message

  • Ségolène Barca contre-attaque

    15 mars 2007 21:20, par Savignol de CastelJac

    Il faut bien admettre que cette campagne présidentielle n’est pas des plus folichonnes. Pour tout dire, on s’ennuie ferme. Cela reste assez convenu, d’un prévisible consternant, même. Effets de manches et déclaration à l’emporte-pièce, à ma gauche ; mépris soutenu et mimiques d’accablement, à ma droite. Au centre, le syncrétisme [1]. Seuls les extrêmes se distinguent par l’indigente désuétude de leurs propositions.

    Pour être complètement honnête, mes obligations professionnelles, ces derniers temps, ont quelque peu détourné mon attention de la lice politicienne. Résultat, je m’en tiens aux extraits remâchés des chaînes spécialisées de l’information continue. Du prédigéré, du ruminé aseptisé pour audimat. La prophylaxie du sens critique au service d’une opinion paresseuse. Mon abattement citoyen s’explique probablement par la mollesse intellectuelle que j’ai fini par opposer à mon surmenage. Pourvu que ça ne dure pas !

    Toujours est-il que mon panorama de la présidentielle s’est résumé, dans les grandes lignes : à une pasionaria du débat participatif, dans un exercice d’imposition des mains à heure de grande écoute, un mutant spécialiste des banlieues, dont la métamorphose l’a privé irrémédiablement du soutien des fans de Julio Iglésias et un chatouilleux du Béarn, qui ne se sent plus depuis qu’on lui a tirlipoté la poche revolver, à l’occasion d’une de ces séances d’hypnotisme collectif dont il est coutumier.
    On le voit, la campagne bat son plein et malheureusement, pas sa coulpe. L’introspection n’est pas de mise dans les hautes sphères de la course au pouvoir.

    Et pourtant, ce vendredi 23 février, je fus tiré de mon apathique somnambulisme par une nouvelle renversante : les socialistes se décident enfin à fourbir l’artillerie lourde. Plus précisément, la cavalerie lourde, l’éléphanterie de combat, ou plutôt devrais-je dire, les blindés socialistes [2]. Enfin la bataille s’engage. Ségolène Barca contre Sarko l’Africain [3], une adaptation moderne des guerres puniques qui ensanglantèrent la méditerranée antique.

    Delenda Segola est.

    Voilà ce qu’il nous est donné d’entendre depuis de nombreux mois. Ce mot d’ordre unanime méritait une contre-offensive d’envergure. Nous nous apprêtions tous à une guérilla, au mieux, une guerre de tranchée. Mais pas du tout ! les caciques du parti nous réservaient du sensationnel, dans le plus grand secret : un passage des Alpes de l’armée socialiste au grand complet. Voilà qui confirmera, à ceux qui en douteraient encore, qu’il n’y a pas que des éléphants qui se trimbalent dans les Alpes.

    La « maldonne des sondages » change donc de stratégie. Mal inspirée par le formidable succès du Da Vinci Code, notre immaculée sainte nitouche, petit tailleur blanc apprêté, sourire d’ange de circonstance, avait jugé habile de remettre sa campagne aux bons soins de cet indéniable sentiment de religiosité qui grignote peu à peu notre société. Le mysticisme fait sûrement recette dans les beaux quartiers éduqués d’une certaine militance politicienne [4]. Pas dans les profondeurs de la nation !

    Le pragmatique de base aurait plutôt tendance à accorder sa préférence selon des critères dénués de toute parcelle d’imagination : il ne croit ni aux miracles éducatifs ni à d’hypothétiques fontaines de jouvence économiques et encore moins aux effets revigorants du viagra social dont semble vouloir s’auréoler un certain « ordre juste ». L’électeur moyen carbure au tangible. Un fruste, quoi ! Un fruste certes, mais qui dans sa frustitude n’en demeure pas moins un électeur ; et un électeur, à la différence d’une promesse, ça se respecte. Du moins en période électorale.

    Moralité : il faut rassurer le tout-venant ; lui restaurer ses repères. L’Ordre juste, c’est bien, mais ça fleure un peu trop la terra incognita. Et puis le patchouli participatif, ce n’est certes pas désagréable, mais à la longue, ça devient un peu entêtant. Ca vous monte au nez en un quart de tour... et vous passez les trois autres quarts à vous refaire une senteur. Ca déstabilise l’olfactif, cette histoire ; il faut même l’admettre, ça ne sent pas vraiment la rose. On comprend mieux l’hébétude de l’aficionado socialo ; tous ces boniments, ça lui neutralise la jugeote. Lui, il en veut pour son bulletin. Les idées généreuses, il n’est pas contre ; le renouveau, pourquoi pas ? Mais au niveau adrénaline, il reste sur sa faim, le citoyen socialiste. C’est un nostalgique de l’olifant et du buccin social. Il veut du glaive chauffé à blanc à force de décapitation capitaliste. Il faudrait voir à revenir aux fondamentaux. L’ordre juste, oui ! mais dans les règles de l’art.

    Alors, on rappelle la Vieille Garde. Les grognards de l’an 82. Ils reprennent du shako, les vétérans, eux qui avaient la baïonnette en berne depuis leur Waterloo [5] des primaires socialistes [6]. Il faut dire que les bourdes à répétition de leur candidate ne revalorisaient guère leur piètre performance. Ayons le courage de le dire, ils passaient un peu pour des blaireaux misogynes, éconduits irrévérencieusement pour incompétence notoire. Ils ont plié bagage, par la petite porte, et sans moufeter. La grande majorité — qui ne s’attache qu’aux apparences, faut-il le rappeler — gardera le souvenir de leur poigne de midinette dans un gant d’acier.

    Mais c’était oublier un peu vite que les pachydermes ont la peau dure, et les sondages, la vie longue. Un sondage ça vous dégrise comme une bonne douche froide ! L’amateurisme — aussi éclairé soit-il — n’inspire pas confiance, et pas seulement chez les socialistes. C’est ainsi, les Français sont fiers et n’admettent d’être floués que par des professionnels. De quoi aurait-on l’air, sinon ! Et l’homme de gauche contemporain [7] n’échappe pas à la règle. Fort en gueule, comme pas deux, il se plie néanmoins devant l’autorité académique. C’est un libertaire assisté : il veut pouvoir adosser sa fougue revendicatrice à du consistant institutionnel [8]. Sans garde-fous préalablement identifiés, il n’entreprend rien qui puisse le mener au-delà de son conformisme. Chez lui, toute aventure humaine doit être circonscrite, même la connerie, c’est dire s’il est prudent ! Le Français socialiste : un inconditionnel de la dictature d’état que l’on qualifie de providentiel ; un apprenti chimiste qui a horreur du mélange détonant [9].

    C’est pourquoi Marie-Ségolène est entrée dans la deuxième phase de sa campagne : le rechapage idéologique. Miser sur la nouveauté eût été un pari stupide, s’il n’avait été accompagné d’un revirement de bord opportun à quelques encablures de la fin. Un petit candidat isolé n’aurait pu se permettre une telle audace stratégique ; mais la candidate d’un grand parti peut gâcher du concept, abstraire dans le vide, dès lors qu’il s’agit de rallier la frange théorétique influente du parti [10]. Une fois les ténors de l’opposition interne écartés, il reste à rassurer le frileux de base. Et pour rebondir, rien de meilleur que de faire du neuf avec du rechapé. On prend les mêmes, et on recommence. Les innovations sociétales vont pleuvoir. D’ici à ce que Jack nous concocte un tout nouveau concept de « fête de la musique participative » ! Le progrès est en marche.

    Renouveau, quand tu nous tiens !

    Voir en ligne : Gare ! les éléphants socialistes franchissent les Alpes !

    repondre message

  • salut à tous,

    je viens de découvrir le concours des meilleurs sites web sur http://www.meilleurduweb.com

    J’ai vu que "Pas les Royal" était inscrit, alors, n’hésitons pas à aller voter pour lui.

    A+

    Voir en ligne : Voir le palmares des meilleurs sites

    repondre message