» Sommaire » Marie-Ségolène » Actualité » La maîtresse d’école dans le petit village de Charente annonce aux (...)

La maîtresse d’école dans le petit village de Charente annonce aux enfants

lundi 20 novembre 2006


Une grande nouvelle : “Cet après midi”, déclare-t-elle ravie, “Ségolène Royal vient visiter notre école. C’est un grand honneur. Pour l’occasion, j’aimerais que chacun d’entre vous lui fasse une petite surprise ou lui prépare une petite phrase gentille”.

Grande effervescence dans la petite classe. Les enfants sont tout excités et réfléchissent à leur cadeau ou à leur phrase.

La maîtresse commence à les interroger : - “Toi, Juliette, tu as prévu quoi ?”
- “Je vais lui faire un joli dessin”, répond la gamine sûre de son effet.
- “Formidable ! ” répond la maîtresse. ”

Et toi, Stéphane ?
- “Moi, je vais demander à ma maman de lui faire des petits gâteaux et je lui dirais qu’ elle est très jolie”
- “C’est parfait, ça !” répond la maîtresse visiblement emballée.

“Et toi, Toto ?”
- “Ben, Maîtresse, ma chatte vient juste d’avoir des petits. Je dirai à Madame Ségolène que j’ai 6 chatons socialistes à la maison !”
- “Excellent, Toto, c’est une très bonne idée. Je suis sûr qu’elle sera ravie ! Bravo !”.

La maîtresse est sur un nuage, enchantée de constater que ce qu’elle a appris à l’IUFM est aussi efficace. L’après midi arrive et Ségolène visite les classes une à une.

Arrivée dans la dernière, elle félicite la maîtresse pour son travail et les enfants apportent cadeaux et font moult compliments.

Arrive le tour de Toto qui dit :
- “Madame, ma chatte, elle a eu 6 petits, et ben y’en a 4 qui sont Socialistes !” 
Ségolène d’abord interloquée, part d’un grand éclat de rire et complimente Toto pour ses chatons. Madame Royal et toute sa clique quittent les lieux.

La maîtresse, encore sous le charme de sa rencontre avec “Ségo”, s’approche de Toto et lui demande par curiosité :
- “Toto, c’était très bien, mais pourquoi lui as-tu dit qu’il y avait que 4 chatons sur 6 qui étaient socialistes, alors que ce matin tu m’avais dit les 6 ?”

- “Ben, maîtresse, entre temps, il y en a déjà 2 qui ont ouvert les yeux.

24 Messages

  • Cette petite histoire m’a bien fait rire.
    Espérons que les Francais ouvrirons leurs yeux avant qu’ils ne les aient plus que pour pleurer le 6 mai !

    repondre message

    • Dommage que les socialistes n’aient pas eux ouvert les yeux à temps...
      "C’est encore nous qu’on va payer les pots cassés."

      repondre message

      • Je pense que les socialistes vont ouvrir les yeux en mai prochain (cela leur laisse encore 6 mois !).
        Dans un premier temps les militants ont fait un grand ménage pour dégager les éléphants du parti : c’est pour cela qu’ils ont choisi Ségolène. Et dans un deuxième temps ils donneront une bonne leçon à leur parti qui se moque d’eux depuis trop longtemps ... car certains socialistes réfléchissent et savent bien que Ségolène n’a pas la carure d’un président de la République (et puis ils se disent peut-être aussi que si elle est élue elle choisira les éléphants comme conseillers et ministres car eux , ils connaissent les dossiers !).
        Alors Ségolène anticipe : elle fait rentrer au parti un maximum de jeunes, plus facilement manipulables car ayant moins d’expérience et une mémoire plus courte que les anciens militants !!

        Restons confiants de toute façon : les dates prévues pour les 2 tours des élections sont sous les auspices de la Sainte Vierge : alors tout peut arriver !!

        repondre message

        • On peut, hélas rêver les yeux ouverts et c’est ce que font, me semble-t-il la plupart des admirateurs de la madone "rose" :
          - les femmes car c’est une "quinqua " au physique encore sympatique qui ne manque jamais de leur rappeler qu’elle est des leurs.
          - beaucoup d’adultes car ils oublient, dans leur désir de nouveauté, que c’est une vieille briscarde de la politique formée chez Mitterrand, ancienne ministricule.
          - beaucoup de jeunes endoctrinés par le corps enseignant qui la croient capable de réformer la vie politique alors qu’elle en est ce qu’il y a de plus conservateur :
          - fille de général
          - enarque et compagne d’un énarque

          repondre message

    • ....on a bien rigolé en découvrant les deux chatons malicieux et "clairvoyants". Mais en pensant aux quatre autres, on aurait voulu pouvoir interroger la statistique : sur les quatre, combien risquent-ils d’être "aveugles -nés" ou "amnésiques-nés" ? jean paul

      repondre message

    • Mes yeux sont déjà bien OUVERTS !

      repondre message

    • Les français sont trop c..., ils préfèrent les paillettes, les plumes au derrière et être caressés dans le sens du poil (sinon Jack Lang qui a laissé un souvenir impérissable à Blois aurait été renvoyé dans ses foyers il y a belle lurette). Nous aurons la plus tarte à l’ Elysée.
      Alors Sarko, quand allez vous commencer à lui "rentrer dedans" à cette inconsistante ??

      repondre message

  • Il faut bien rire je souhaite viement que nos compatriotes aient les yeux grands ouverts pendant la campagne présidentielle afin qu’ils se rendent bien compte et de bien faire attention à ce que dit la Ségolen. Se rappeler de Mitterand.......

    claude

    repondre message

  • Toujours dans le domaine scolaire, voir cette anecdote véridique rapportée sur mon blog. Ségolène Royal envoyant sa jeune fille au pair pour un rendez-vous avec le prof principal d’un de ses enfants "faute de temps".

    Voir en ligne : http://leconservateur.bafweb.com/index.php?2006/11/19/331-reponse-a-l-enigme-c-est-bien-segolene-royal

    repondre message

    • D’ordinaire, les détails de la vie privée d’un candidat ou d’un homme (femme) politique en général ma laissent indifférente car on ne peut pas juger la carrure d’un politique sur la vie de ses frères et soeurs ou autre, ni sur éventuellement tel ou tel fait de relevant de sa sphère privée qui a été mis en relief par des journalistes avides de scandales. Cependant, il est affligeant de voir que des gaffes, peut-être tolérables en privé, ne sont pas seulement sélectionnées par les journalistes mais véritablement permanentes chez celle qui se croit déjà la première présidente de France.
      Que les Français ouvrent les yeux avant l’échéance !
      Sainte Jeanne d’Arc, priez pour la France !

      repondre message

      • Ce qui est grave chez elle , c’est que c’est elle qui cherche le bâton pour se faire battre :

        c’est elle qui a envoyé ses lettres aux médias et fait ces interviews dans lesquels elle mettait les hommes et les femmes de sa famille en question.
        Ce ne sont pas des ragots dits par n’importe qui.

        Alors on a bien le droit d’en parler tout de même !!

        Elle-même ne se gêne pas pour mentir sur les autres.

        Une fois Frédéric Miterand n’a pas pu tenir et lui a dit en se levant d’un bond :

        "Menteuse, vous mentez...!"
        En voilà un qui a eu le courage de le dire !

        repondre message

  • Je viens de découvrir votre blog gràce à Valeurs Actuelles. A 76 ans, j’ai vu suffisamment de charlatans pour jauger Mme Royal, et contrairement à certains de vos correspondants, je n’ai pas de crainte pour les élections présidentielles : les sondages sont pas définition une imposture, et quand ils soulignent eux-mêmes que le succès de cette personne est du à son look beaucoup plus qu’à son (absence de) programme, Nicolas Sarkozy peut la remercier de l’avoir débarrassé de D.S.K., autrement redoutable, et même de l’ineffable Fabius.
    Bravo et merci pour votre blog, je suis ravi de constater qu’il y a encore, dans ce ’’cher et malheureux pays’’, des jeunes capables de réflexions sérieuses en même temps que d’humour.

    repondre message

  • Il est curieux de constater que ce sont ceux qui gardent les yeux fermés qui sont aveuglés par des chimères.

    repondre message

  • Histoire charmante, mais le problème, c’est que si l’on est de gauche, on vote à gauche ( et inversement ) Ségolène ou pas .
    Jean

    repondre message

    • Oui mais S n’est pas à gauche...Alors ? Victor.

      repondre message

    • sauf que la ségo n’est pas à gauche et c’est pour cela que je ne comprends pas le vote des militants
      à se demander si tout ça n’est pas fabriqué en coulisses par je ne sais qui ?????? pour que la gauche n’arrive pas au pouvoir, et que le seul moyen pour que la gauche perde était de mettre la trublione sur le devant de la scène pour la voir s’écrouler après ses gaffes, ses incohérences, sa masacarade, ses mensonges, ses contradictions...
      Le petit peuple verra et ne se trompera pas lui...
      le petit peuple a les yeux bien ouverts, et elle n’est pas si bonne comédienne pour tromper le petit peuple dans sa totalité
      je crois en la justice, et la justice du peuple la fera tomber

      repondre message

    • Ah bon ? "on est à gauche donc on vote à gauche" ???

      Ca, c’est de la réflexion politique ! Donc, si le parti socialiste vous dit "à partir d’aujourd’hui, on se rallie au PC, votez PC", vous le ferez ! Si il vous présente un candidat incapable, vous voterez pour lui ! Si son programme devient aberrant ou cache des mesures totalitaire, vous le ferez ! (notez que ce sont des exemples) Eh bien, bravo !
      On est bien parti avec une pensée de ce genre ! Je suis tout à fait d’accord de suivre ses convictions jusqu’au bout, mais il faut tout de même réfléchir !

      On ne peut pas faire tout ce qu’ordonne un parti politique (surtout un parti politique !) parce qu’on est sympathisant, même militant. Le parti politique est par définition subjectif puisqu’il soutient une cause. Il est donc élaboré, mené par des hommes. N’oubliez pas que "errare humanum est", même si les hommes sont regroupés, nombreux, ils peuvent se tromper... En politique en particulier, mais comme partout, il faut se méfier de la majorité et du nombre : une erreur professée par un millier de personnes n’en est pas moins une erreur !

      Votez bien et surtout réfléchi !

      repondre message

  • Pour ouvrir les yeux il est nécessaire de comprendre la stratégie de SR. Elle copie ce qu’elle a appris dans son enfance et qu’elle a renié... je veux dire son éducation chrétienne... manifestement transparente dans ses propos... je suis à l’écoute... je vous emmènerai où vous désirez aller (sûrement pas au ciel) gravissons ensemble la montagne... sourire marial... vêtement blanc... vierge et pure... maternelle à souhait... (je voudrais savoir ce qu’en disent ses enfants qui ne la voient pas trop en ce moment... ) Tout cela est un simulacre qui fera très mal le jour ou le faux fera place au vraie...
    Le vrai c’est une femme qui me paraît très dure, très autoritaire, qui n’hésitera pas, sans doute blessée par une éducation traumatisante qui en a fait une révoltée. Le résultat d’une enfance choquée... alors tout est permis pour parvenir à sa vengeance - comme Mitterand d’ailleurs méprisé par les siens et qui a bien su le leur faire payer (pensez donc vendre du vinaigre dans le pays du Cognac).
    Ségolène qui n’a pas hésité à écraser en premier lieu celui qui devait se présenter en Poitou Charente et que Miterrand à fait évincer par ses services sur demande (supplication) de SR... c’est ses collaborateurs socialistes de la région C et P qu’elle a fait remplacer à leur grand dépit et fureur pour mettre à sa place un homme à elle dont je ne me rappelle plus le nom mais qui envahit par ses verbiages hargneux les plateaux télé. Le traquenard "Ségolène Royal" sera débusqué, c’est évident ! mais quand ? j’espère que ce ne sera pas trop tard.

    repondre message

  • L’ordre Royal d’Outro !
    Ségol’haine Royal, l’ego et la haine bobo…

    « Mais d’où vient cette propension à la dérive populiste, au démagogique, à l’erratique, au saugrenu, et finalement à la mise en danger de la France ? Cynisme ? Voire ! La vérité est plus simple et bien plus inquiétante ; Ségolène, c’est une inculture de taille encyclopédique, une sorte de trou noir de la science. Une ignorance crasse, pire que reaganienne : bushiste. Comme si elle n’avait pas lu un seul livre. Des cours seulement. Pour passer des concours. »
    Figaro 28/10/2006
    Louis Mexandeau, ancien ministre socialiste

    Il ne se trouve étrangement personne pour rappeler que Ségolène Royal participa à l’emballement post-Dutroux sur la pédophilie , qui conduisit à voir un pédophile en puissance derrière chaque enseignant ou chaque curé, et dont découle le fiasco d’Outreau. Daniel Schneidermann - Libération 23/12/2005

    « Il faut les mettre en prison, et vite. »
    Ségolène Royal
    A propos des accusés d’Outreau
    Cité par Jean-Luc Mélanchon (Responsable socialiste) sur R.T.L. le 25/10/2006

    C’est la lutte finale.... !
    Rendons-lui cette justice : la bien-nommée Royal n’a jamais fait mystère de ses idées réactionnaires. Quand elle était « ministre de l’enseignement scolaire » de Jospin en compagnie du « dégraisseur de mammouth » Allègre, Royal s’est distinguée, non par son attachement à l’école laïque (cette fille d’officier met ses enfants dans le privé...), mais par son acharnement quasi-obsessionnel à traquer la « pédophilie » à l’école à l’aide de circulaires attentatoires à la présomption d’innocence : des tragédies se sont d’ailleurs produites à la suite de cette politique obtuse consistant à détourner l’attention du manque de moyens dévolus à l’école en jetant la suspicion sur les profs en sacralisant la parole des enfants (qui, c’est bien connu, ne mentent jamais comme l’a montré le calamiteux procès d’Outreau ...).
    L’Humanité - Forum Août 2006

    Ségolène Royal l’affirmait lors de la parution de sa circulaire recommandant la suspension préventive des enseignants accusés de violences sexuelles : « Les enfants ne mentent jamais. » A la lumière de l’affaire d’Outreau et pour les victimes de cette effroyable erreur judiciaire, une telle assertion laisse perplexe ! Proférée par une prétendante à la magistrature suprême, elle devient même dramatique ! Dramatique, intellectuellement, en ce qu’elle lève un coin du voile sur les conceptions profondes de la candidate à la mode.
    Figaro 25/8/06

    Ségolène, lorsqu’éclata l’"affaire d’Outreau" :
    "Les enfants ne mentent pas, j’ai donné des instructions précises".
    L’ancien ministre Allègre se plait souvent à le rappeler.
    Forum internet - Août 2006

    Ségolène Royal. Pourquoi dit-on encore "sage comme une image" ?

    Sa consécration dans les sondages et sa stratégie présidentielle me laissent très perplexe. A maints écrits et déclarations, je crois reconnaître la femme que j’ai croisée sous Jospin ; une expérience qui restera parmi les deux ou trois plus décevantes et plus pénibles que j’ai faites dans le monde politique. (…) J’ai toujours eu du mal à aborder les questions de fond avec Ségolène Royal, qui ne pensait qu’à faire des " coups ". Elle aime occuper la scène médiatique et n’est d’ailleurs pas dénuée de charme. Elle sait aussi percevoir les faiblesses d’une gauche maladroite. Aussi aborde-t-elle souvent les questions familiales. C’est intelligent et adroit (…) Mais Ségolène Royal est vraiment parasitée par les questions d’images qui l’obsèdent. (…) Ségolène Royal a plusieurs cartes en main : être une " femme féminine ", se situer en dehors des idéologies, n’avoir jamais occupé une fonction qui justifie des décisions impopulaires, tenir quelques thèmes rassembleurs. Elle est redoutable.
    Elle me confirme l’idée que l’expression " sage comme une image " est un oxymore. Blog, amélioration physique, retenue verbale, déplacement dans les régions, occupation médiatique, choix des sujets marginaux : tout est organisé pour peaufiner son image. Je reconnais que c’est assez bien fait. (…) "
    La mayonnaise prend ", dit-on de plus en plus. Je suis convaincu qu’elle tournera avant les échéances décisives.

    "Votre devoir est de vous taire" - Carnets de voyage d’un philosophe à gauche et à droite - Alain Etchegoyen - 262 pages
    Né en 1951 à Lille, Alain Etchegoyen est professeur de philosophie et consultant. Normalien, agrégé de philosophie, il enseigne en classes préparatoires au Lycée Louis-Le-Grand ainsi qu’en ZEP à Gennevilliers. Administrateur du groupe Usinor (1995-2002), il a été conseiller personnel de Claude Allègre, ministre de l’Education et de la recherche et Commissaire au Plan (2003-2005).

    « Oui à l’ordre public, non à l’ordre moral ! »
    Par Louise Forge, Philippe Sauvannet et Patrick Rajoelina (Membres fondateurs de La Diagonale, le club des sarkozystes de gauche). Publié le 25 août 2006 dans Le Figaro.

    Ségolène Royal l’affirmait lors de la parution de sa circulaire recommandant la suspension préventive des enseignants accusés de violences sexuelles : « Les enfants ne mentent jamais. » A la lumière de l’affaire d’Outreau et pour les victimes de cette effroyable erreur judiciaire, une telle assertion laisse perplexe ! Proférée par une prétendante à la magistrature suprême, elle devient même dramatique ! Dramatique, intellectuellement, en ce qu’elle lève un coin du voile sur les conceptions profondes de la candidate à la mode. Celle-ci fait revivre un vieux courant du mouvement socialiste ; celui des « néos » de l’entre-deux-guerres. Celui d’un socialisme corporatiste et moralisant. Celui-là même que Marcel Déat animait, dans les années 1930, sous l’invocation de la devise suivante : « Liberté, ordre et justice »...

    Ce n’est pas un hasard si « l’ordre juste » ségoléniste escamote au passage le mot liberté. En effet, la doctrine et le projet de la probable candidate de la gauche à la présidentielle présente de curieuses analogies avec ces devanciers, dont on se souvient qu’ils sont, pour la plupart, passés du Front populaire à la Révolution nationale du Maréchal comme dans un rêve... Certes, ce programme, plaisamment qualifié de « blairo-pétainiste » par André Santini, ne revendique pas ouvertement l’ordre moral... mais il en est profondément imprégné. C’est précisément cette imprégnation qui l’oppose aux options fondamentales de Nicolas Sarkozy.

    L’ordre public que le ministre de l’Intérieur entend faire régner, c’est celui de la liberté. C’est l’ordre républicain dont la vertu est de garantir à l’individu sa liberté d’agir dans les limites de la loi, donc de la liberté des autres. A contrario, l’obéissance à une norme morale relève d’une logique totalitaire. Totalitaire, par essence, et corporatiste, par nature, est, par exemple, l’obligation de se syndiquer prônée par Mme Royal. Certains socialistes déplorent l’inspiration « révolution nationale » des nouveaux chantiers de jeunesse annoncés par le Ségolénisme triomphant. Nous, sarkozystes de gauche, n’irons pas jusqu’à faire un tel procès en sorcellerie pétainiste à la députée des Deux-Sèvres... Cependant, nous voulons insister sur l’opposition philosophique profonde entre le concept d’ordre juste, par essence porteur d’une dimension moralisante, et la politique de défense de l’ordre public mise en oeuvre par Nicolas Sarkozy.

    C’est pourquoi nous récusons la confusion trop entretenue, ces derniers temps, entre le projet de Nicolas Sarkozy et celui de Ségolène Royal. En effet, de nombreux commentateurs ont considéré que, en lançant son douteux appel à « l’ordre juste » (dont Jean-Luc Mélenchon rappelait qu’il s’agit d’un slogan religieux tiré d’une encyclique de Benoît XVI, et non d’un slogan politique !), Mme Royal cherchait à rivaliser avec le ministre de l’Intérieur en se positionnant sur le terrain sécuritaire. Voilà un contresens fondamental qu’il s’agit de battre en brèche. Il serait d’une redoutable myopie de ne percevoir, dans ce discours, que le fruit d’un calcul politicien visant à drainer l’exaspération sécuritaire d’infortunés banlieusards. Non ! Le programme ségoléniste est sincère... profond, identitaire. Et ne croyez pas que ce texte de rencontre, dénommé aussi « projet socialiste », ait atténué la nature du programme de Ségolène Royal.

    D’ailleurs, les exemples fourmillent où le mouvement, le progrès et la rupture sont incarnés par Nicolas Sarkozy, alors que Ségolène Royal reste sur des positions conservatrices. Ce fut le cas pour les rave-parties, que Nicolas Sarkozy n’a pas fait évacuer par les CRS comme ses prédécesseurs socialistes, mais qu’il a sécurisées en affirmant son attachement à la liberté d’expression de la jeunesse, fidèle en cela à sa conception des libertés publiques. De la même façon, sur le mariage des homosexuels, plutôt que de se raviser pour des raisons électorales évidentes comme vient de le faire Ségolène Royal en acceptant le principe d’un mariage après avoir, pendant de nombreuses années, considéré toute discussion sur ce point comme une « provocation », Nicolas Sarkozy adopte la démarche précisément inverse : ayant toujours respecté les revendications homosexuelles, il prend, aujourd’hui, le temps d’une réflexion approfondie avant de prendre une position qui sera forcément mûrie. Finalement, on a diabolisé un homme qui a prouvé son courage politique, sa culture de la concertation et du résultat, un homme qui prouve tous les jours la modernité de sa méthode !

    « La terre ne ment pas », disait l’ex-Maréchal, les enfants non plus, rétorque Ségolène ! On s’amuserait, chez une mère de famille lambda, de cette erreur manifeste d’appréciation. Chez une présidentiable, elle est dramatiquement dangereuse. Comme il est dangereux, pour la liberté des Français, que soit entretenue une telle confusion entre les notions d’ordre public et d’ordre moral. Car ces deux notions s’opposent fondamentalement. Et, pour nous, c’est par la gauche qu’elles s’opposent. C’est sur cette controverse philosophique que reposera le sens de la future campagne. Décidément, voilà le paradoxe : plus Mme Royal semble se rapprocher de Nicolas Sarkozy, plus elle s’en éloigne, car les principes fondamentaux qui les animent sont diamétralement opposés : l’ordre moral se situe bien aux antipodes de l’ordre public."

    repondre message

  • Montebourg

    18 janvier 2007 13:12, par chacha 82

    Montebourg qui dissipe ses camarades au fond de la classe a ete mis au piquet avec le bonnet t d’anne pour un mois par maitresse sego
    j’espere quil a pris 100 lignes en plus :je ne moquerait plus de mes petits camarades

    repondre message