» Sommaire » Presse » Lu dans la presse » Quand Royal esquive les questions

Quand Royal esquive les questions

mercredi 18 avril 2007

Par MYRIAM LÉVY. Publié le 18 avril 2007.

En cette fin de campagne, la candidate annule rendez-vous et interviews.


CE QUI N’ÉTAIT au départ qu’une mauvaise habitude est devenu une stratégie. Depuis le début de la campagne électorale, Ségolène Royal a « posé des lapins » à une bonne douzaine de médias. Mais dans cette dernière semaine, elle annule les interviews, en cascade. Alors qu’elle devait plancher hier matin devant les lecteurs du Parisien - un exercice d’ordinaire très prisé des politiques - elle a annulé in extremis sa venue, lundi après-midi. Le 10 avril, elle s’était fait remplacer au pied levé par Jean-Pierre Chevènement sur Europe 1. Hier matin, les agences de presse internationales Reuters et Associated Press, qui avaient rendez-vous au QG de Royal, boulevard Saint-Germain, ont fait antichambre pendant une heure et demie, avant qu’on leur annonce que l’interview était annulée, la candidate n’ayant « pas eu le temps de lire les questions » qu’elles avaient été invitées à lui transmettre par avance.

Les questions, c’est bien là le problème. Après avoir sans cesse promis des rencontres régulières à la presse, la candidate a trouvé un nouveau style de communication peu participatif : la déclaration sans question ! Ce fut le cas, lundi soir à Nantes, lorsqu’elle a annoncé que la lutte contre les violences faites aux femmes serait élue « grande cause nationale » et aussi hier matin à Paris pour sa déclaration sur le train de vie de l’Etat (lire ci-contre). Et lorsqu’un journaliste ose tout de même poser une question, la candidate botte en touche tandis que le directeur de campagne François Rebsamen met fin à l’échange d’un « Bon, voilà » qui sonne comme un ite missa est.

Posture antisystème

Le tournant dans l’attitude date de l’annonce précipitée du Contrat première chance. Mal préparée, la candidate a fait face à des questions précises, auxquelles elle était bien en peine de répondre. Puis, lorsque le débat s’est mis à tourner autour de l’appel de Michel Rocard à une alliance avec François Bayrou avant le premier tour, elle a tout fait pour échapper aux questions sur sa stratégie. La formule de la déclaration lui permet de choisir elle-même le terrain sur lequel elle se place, en imposant son thème du jour, notamment aux télévisions et aux radios.

Royal estime qu’elle peut se permettre de dire non aux médias, même si elle s’était engagée auprès d’eux auparavant. Après tout, la posture antimédia et antisystème a profité à François Bayrou en début de campagne et la dénonciation du poids de la presse est un thème porteur, notamment dans les classes populaires. « On n’est pas là pour faire vendre des journaux. Ce n’est pas ce que les Français attendent », lâche Rebsamen. Et de glisser que la candidate a tiré les leçons de 2002 : elle veut garder sa liberté pour « être réactive aux événements », comme elle l’a fait à Nantes en se saisissant du meurtre de Sophie Gravaud comme point d’appui pour sa campagne. Rappelant que Lionel Jospin était « engoncé dans son programme de déplacements », Rebsamen ajoute : « Avec elle, on n’aura pas papy Voise qui passe pendant une semaine sans qu’elle réagisse. »

29 Messages

  • Quand Royal esquive les questions

    18 avril 2007 11:16, par bila

    merci pour cet article
    ses incompétences sont de plus en plus signifiées dans la presse... il était temps à 5 jours du vote !!!!
    au PS rien ne va plus, c’est la débandade, la candidate est horripilente, méprisante, elle commence à constater son échec monumental, si la presse l’a élue candidate aujourdh’ui elle commence à la dépouiller de l’essentiel pour etre président de la république : sa légitimité, ses compétences, sa crédibilité, sa capacité à faire face.
    Incapable d’affronter les médias vous l’imaginez affronter les rois du pétrole !!!!!
    allez éliminée et dès le 1er tour sera le meilleur pour notre pays et nos enfants !!!

    repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 18 avril 2007 15:14

      En admettant qu’ elle soit présente au deuxième tour , je serai curieux de savoir comment elle va faire pour éviter le débat avec son concurrent. Une migraine ? (pas ce soir chéri j’ ai mal à la tête........)

      Lamentable.

      repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 19 avril 2007 00:20, par le Moro

      Si elle ne passe pas, elle pourra toujours vendre des godasses.

      Car c’est une chose sure. Elle a répondu à PPDA qui le lui a fait remarquer sur TF1.

      Elle ne se laissera pas imposer de débat.

      Elle est une femme libre et ne doit donc rien à personne.

      C’est sympa pour les centaines de milliers de personnes du PS qui se sont décarcassés pour les débatitudes participatives.

      C’est sympa pour les couillons d’éléphants moutonnés qui ont soutenu sa campagne.

      A PPDA qui a cru voir un manque de programme dans sa campagne, elle a répondu que c’est Bayrou qui n’a pas de programme. Elle n’a rien rajouté sur son programme pour autant.

      En entendant sa réponse contre Bayrou, on comprend mieux la phrase qu’elle nous rabâche comme un disque rayé « Je veux vous traiter comme mes enfants »

      Phrase qui montre qu’elle confond maternel et maternelle

      C’est pas moi c’est l’autre qui... Et ça pourrait gouverner ça ?

      repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 19 avril 2007 09:33, par PETRAMAN

      Je conseille à tous les partisans de SEGO d’acheter le livre de sa collaboratrice Evelyne Pathouot chez MICHALON editeur

      Ségolène ROYAL Ombre et lumière

      Ils découvriront le caractères vraie de leur madone et voteront en leur âme et conscience.

      S’il n’ont toujours pas compris, qu’il lisent aussi le livre de Besson, l’un de ses bras droit, qui a ouvert les yeux à temps....

      Ce ne sont pas des livres d’opposants de droite mais de collaborateurs de gauche qui ont pu voir qu’entre le discour et la réalité, il y avait un monde.........Juste ?

      repondre message

      • Quand Royal esquive les questions 22 avril 2007 11:21

        Un de ses bras droits ? Mais combien de bras droits a-t-elle ? Et de gauche donc ?
        Mais voilà ! Maintenant que c’est la déesse Vichnou.
        Mais il est vrai que pour la cervelle, là à coup sur, le pluriel ne semble pas de mise ;-))

        repondre message

      • Quand Royal esquive les questions 23 avril 2007 09:31, par joklucky

        j’ai lu les deux livres , et je regrette que ces deux anciens collaborateurs ne disent pas aux français quel est son caractère.
        Le seul parler vrai est que les éléphants ( si elle est élue) travailleront pour elle et comme d’habitude elle tirera les marrons du feu !!!! et si cela ne lui convient pas puisqu’elle suspecte tout le monde sauf elle, elle les rejettera bien entendu.
        il faut regarder son visage et son caractère se lit au travers de son rictus de madone !!!!!!!!!!!!!
        Qui a dit les français sont tous des veaux ??????????????,
        Bref elle n’attaque pas mais fait attaquer les autres par sa cour et surtout par son compagnon François, facile non !!!!!

        repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 19 avril 2007 18:44, par le spip

      Et surtout qu’on n’entende plus parler d’elle et de ses taileurs blancs !! La france ne veut plus du PS, parti des artistes et bien pensant intolérant

      repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 20 avril 2007 20:37, par JJ

      Pour virer les anciens elle est bonne. Là c’est Chevenement qu’elle vient d’envoyer sur les roses. Saloperie de fleur piquante.

      repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    18 avril 2007 13:17, par Alexandre

    Je comprend que cette pauvre Ségo ait une facheuse tendance à annuler à la chaîne ses rendez-vous avec la presse. En effet, au regard de son incompétence totale sur tous les sujets (économie, politique internationale, sécurité, enseignement...), toute déclaration aux médias pourrait engendrer une nouvelle boulette dont elle est si familière. Précisons en plus que les journalistes ont la sale manie de poser des questions parfois gênantes, or il semble bien que Ségo ne puisse répondre à une question que si ses conseillers lui ont rédigé par avance une réponse...
    Et dire qu’il y a encore des gens qui pensent sérieusement voter pour elle...
    En tout cas, pour ma part, je sais ce qui me reste à faire : voter Sarko dès le premier tour, seul candidat apte à présider aux destinées de la France !

    repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 29 avril 2007 11:25, par le Moro

      Deux diablotins plus passionnés du jeu des coups vaches que de la préservation de la France et son développement sabotent cyniquement le deuxième tour de campagne électorale.

      Ils en accusent Nicolas Sarkozy d’en être l’auteur.

      Comme si nous n’étions pas assez grands pour savoir que le temps de parole doit être respecté entre les deux candidats du deuxième tour.

      1 Pourquoi cet élu minet du premier tour n’attend pas que les présidentielles soient terminées pour faire sa campagne des législatives ?

      2 si c’était vrai que Nicolas Sarkozy soit ce prétendu maître des médias.

      Pourquoi Arlette CHABOT montrait elle tant d’affinité envers S. Royal ?
      Pourquoi Arlette CHABOT montrait elle tant de mépris envers Nicolas Sarkozy ?

      Pourquoi Arlette CHABOT posait elle des questions à la convenance de S. Royal ?
      Pourquoi Arlette CHABOT posait elle des questions agressives envers Nicolas Sarkozy ?

      Nous sommes assez grands pour faire la différence entre le vrai et le faux

      A part critiquer, et monter des coups tordus de quoi est elle capable cette dame à l’Organisme Génétiquement Modifié ?

      repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    18 avril 2007 19:53

    Vive Sarko
    Quelle naze cette sego

    repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    18 avril 2007 20:39, par Général Barbenzinc

    Lorsqu’elle parle de violences faites aux femmes que connaît-elle a propos du sort de Gohfrane Haddaoui, de Sahane, de Shérazade et des toutes les filles des cités, excisées, menacées, battues, mariées de force, violées, torturées, assassinées ?

    Enseignant en Seine-Saint-Denis je me souviens d’une jeunes fille très brillante de 14 ans que ces parents avait mariés pendant les vacances de la Toussaint en profitant d’une visite au bled. Comment peut-on concevoir qu’une fille de 14 ans soit vendue comme une chèvre au XXI° siècle ?

    MSR évite d’entrer dans le vif du sujet sans quoi elle risquerait de perdre une partie de ces élécteurs.

    repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    18 avril 2007 21:43, par sureau

    vu sur tf1 tout à lèheure mme royal n’avoir pour tout crédo face aux questions je suis une femme libre

    repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    19 avril 2007 07:36, par Frances

    Au premier tour et au second tour, j’apporterai mon suffrage à Nicolas Sarkosy.

    Pourquoi ?

    1/ Je crois que cet homme est authentique, dans sa sincérité, son humanisme, son engagement et sa capacité à rassembler puis à conduire la France vers le progrès et la justice.
    J’ai lu ses deux livres, écouté et lu la plupart de ses grands discours. Tout cela est cohérant, mûri, réfléchi et sûrement sincère.

    2/ J’adhère à ces valeurs que sont : le travail ,l’éducation, le respect, la récompense de l’effort, l’équité, la solidarité….

    3/ Le travail de réflexions , de propositions et de rassemblement accompli depuis au moins deux ans aboutit au seul projet solide qui soit proposé aux français.
    Français qui sont en droit d’en espérer la réussite pour réduire enfin cette fracture sociale qui divise notre pauvre pays en condamnant une trop grande part de ses enfants à la seule perspective de l’assistanat à perpétuité.

    4/ Ses engagements , plus que de simples promesses, ont été solennellement pris et réitérés. Ils sont écrits. Il sera tout à fait possible de les lui rappeler si besoin s’en faisait sentir.

    5/ La France a pris trop de retard, beaucoup trop, à cause d’une espèce de renoncement à nos valeurs fondamentales que certains appellent « pensée unique ».
    Nicolas Sarkosy et son Equipe sont prêt dès le mois de juin à faire avancer la France dans la voie du progrès.

    6/ Son engagement européen lucide et volontariste.

    7/ L’alternative Royal avec son cortège d’impréparation de voltes faces d’approximations, n’est pas crédible. Il lui faut travailler à un projet alternatif solide. Cela ne se fait pas sur le temps d’une campagne électorale. Elle aura cinq ans pour nous prouver qu’elle est plus qu’une femme : une Femme d’Etat.
    J’ajoute que j’ai aussi lu son bouquin et écouté ses discours et je n’y ai pas trouvé une grande ambition pour la France, ni une grande clarté dans l’expression.

    8/ Pour mémoire, l’alternative Bayrou ressemble à s’y méprendre au Non au référendum sur l’Europe. C’est une addition hétéroclite de refus sans clé de voûte hormis Bayrou « soi même ». Malheureusement, sa présence au second tour n’est pas improbable et là nous ne sommes pas loin du saut à l’élastique….Il nous restera à souhaiter que l’élastique n’est pas toc !
    Ses récentes déclarations sur un programme de gouvernement pour Cinq ans publié dans les huit jours suivant son élection, pas avant mais après, est une demande de chèque en blanc que je ne suis pas prêt à lui accorder.

    Sa déclaration , le lendemain, disant : « s’il n’obtient pas aux législatives de juin une majorité conforme à celle qui l’aurait élu président de la République, il fera un "accord de gouvernement avec des formations politiques qui accepteront de participer à ce nouvel élan » est ni plus ni moins qu’un retour aux cuisines de partis chères à la IVéme république.

    N.B. Le Pen, sortira bientôt de la vie politique et c’est tant mieux, il est temps que les français qui se sont laissés séduire par sa gouaille se ressaisissent.. La France n’a que faire des extrémismes de tout poil ;

    repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    20 avril 2007 17:56

    Je trouve qu’elle est tres forte à ce jeu la. Elle est aussi forte pour attaquer ses adversaires alors que certains de le font pas comme Nicolas Sarkozy

    Voir en ligne : Votez pour le 1er tour , c’est acte de citoyen

    repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    20 avril 2007 18:38

    Sa technique est bien rodée : lorsqu’un journaliste lui pose une question, elle commence à répondre et puis elle se met à débiter des banalités pour gagner du temps et ainsi éviter de répondre aux questions.

    repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 22 avril 2007 14:56, par marcatten

      C’est vrai que la méthode est bien éprouvée. Comme les minutes sont comptées dans ces émissions politiques, le truc c’est de bouffer le temps imparti pour finalement entendre en conclusion : "Eh bien merci madame Royal d’avoir bien voulu répondre à mes questions !" Ouf, c’est fini ! En substance tout ce que l’on entend nous c’est : "Marathon-tonton jules-jules César-z’haricots-cocotiers-tiers de trois-trois ptits chats..." Une substance mirobolante qui laisse une libre interpetation aux journalistes qui peuvent y voir ce que bon leur semble puisque tout comme la démocratie participative, la pensée Ségoliste c’est l’auberge espagnole ! On y mange que ce que l’on a soi-même apporté !

      repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 25 avril 2007 20:19

      A ce petit jeu, elle nous rase très fort ; on se croirai au temps des discours fleuves de Fidel Castro.
      Noyer le poisson, ça cache toujours quelque chose ou plutôt dans son cas, ça cache du rien.

      repondre message

      • Quand Royal esquive les questions 27 avril 2007 21:17, par HULIN Sébastien

        En effet, ne pas répondre aux questions est sa spécialité.
        C’est d’ailleurs la seule chose qu’elle semble être capable de faire !!!
        Oui cette Royal pourrait faire très mal à la France si elle était élue. elle cumule les bourdes sur le plan diplomatique, elle est totalement incompétante (quelques petits secrétariats d’Etat sous tonton)

        Non, il faut être sérieux et j’espère que les Français ne s’y méprendront pas le 6 mai.

        Ras le bol de voir toutes ces risettes pour conquérir les électeurs de Bayrou alors qu’elle l’a critiqué auparavant et qu’elle avait refusé toute alliance !! Quelle hypocrisie !! Arrêtons le massacre et vivement le 6 mai pour l’éliminer et pour qu’elle ferme sa G.....

        repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 27 avril 2007 13:14, par BURET F

      C’était tellement flagrant lors de l’emission d’Arlette CHABOT. Qui a vu la prestation de Nicolas SARKOZY verra forcement la différence. Il a traité deux fois plus de sujet que Mme ROYAL sans compter qu’il a du pendant 20 min répondre aux attaques de Mme CHABOT sur sa façon d’être (nerveux, dangeureux...) ; Mais ou allons-nous dans cette campagne. Ce qui ma fait peur, c’est l’approximation avec laquelle Mme ROYAL répond à des dossiers de la plus haute importance.

      repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    22 avril 2007 06:51, par Général Barbenzinc

    Elle doit choisir entre deux maux : répondre aux questions et prouver son incompétence, ne pas répondre et prouver son mépris.

    repondre message

  • toulouseantisego

    22 avril 2007 22:59

    je voulais simplement souligné que nous sommes un groupe d’une dizaine d’étudiants toulousains anti royal qui approuvent votre concept et vous en felicite. je voulais egalement proposé kelke chose pr continuer a exercer ce mouvement dans la rue : se rendre au siege du parti socialiste de votre region, si possible voler un maximum dautocollants pr augmenter les depenses du ps et deplus pr coller ses autocollants sur le parebrise des voitures et les devantures de vitrines ! le résultat est immmediat en ce qui concerne les retombés sur le parti ;) bonne chance il ns reste encore 2semaines pr tt mettre en oeuvre pr que sego echoue. bonne continuation et merci d’avoir pris en compte cette petite recommandation toulouse !!

    repondre message

  • je resiste pas a vous faire part de ce que j’ai entendu sur une chaine d’infos russe .....

    pour ceux qui ont encore un doute sur la "dimension" internationale de ségolene ....
    , un commentaire du chef d’analyses politiques de l’institut russe :

    "la situation en france est trés interessante et inédite ... alors qu’en 1968 les jeunes manifestaient pour avoir un changement , ils ont depuis manifestaient pour que rien ne change (au niveau de la sécurité sociale , la protection , l’emploi , la fonction public ...bref les manifs anti-CPE vues de l’étranger ...).
    la france se retrouve assez curieusement entre un candidat conservateur (sarkozy) qui faire une politique de réformes et une candidate réformatrice qui prone une politique où rien ne change .. !
    nicolas sarkozy (dit avec l’accent russe , c’est a mourir de rire ..) a déja été plusieurs fois a des postes importants et a manifester une capacitée a s’occuper des affaires de son pays ,son opposant (ségoléne) meme si elle a déja était surnomée "star hollywoodienne" de la politique française , n’a jamais eu autre chose pour acquérir de l’expérience que des seconds roles où elle ne brillait pas par autre chose que sa présence . elle n’a aucune expérience et surtout n’a aucune idée de ce que doit etre une politique étrangére , a ce propos , pendant les mois précédants la campagne , elle a plusieurs fois fait des déclarations qui ont toutes en communs d’avoir succités la plus grande confusion sur sa capacité a comprendre le monde ."

    a on vraimment pas finit de faire rigoler , si elle est élue .... !! :-))

    repondre message

    • J’ai peur que si elle était élue (ce qui n’arrivera pas, n’est-ce pas ????), les Français passent pour des guignols aux yeux du reste du monde. Si pendant 5 ans, la Royal sévit, je vais trembler à chaque fois qu’elle va ouvrir la parole en public.

      repondre message

    • la réaction entendue sur la télé russe est peu ou prou la réaction de tous les media étrangers, qui se demandent comment la France peut hésiter un seul instant entre SARKOZY et ROYAL.

      SARKOZY nous amènera les réformes attendues depuis tant d’années pour relancer le pays, ROYAL privilègiera l’immobilisme socialiste qui nous plombe depuis 25 ans.

      Si ROYAL passe, non seulement nous irons vers la pauvreté, le chômage et l’émigration massive des entreprises, des capitaux et des "cerveaux", mais de plus nous serons la risée de planète.

      Il n’y a qu’en France qu’on ne s’en rend pas compte, pensée unique oblige.

      repondre message

  • Quand Royal esquive les questions

    28 avril 2007 09:43

    Lu dans les infos Orange :

    "L’armée turque a lancé vendredi soir, en pleine élection présidentielle, un fort avertissement contre toute remise en cause du principe de laïcité en vigueur dans le pays, accusant le gouvernement, issu de la mouvance islamiste, d’inaction face au développement d’activités islamistes.

    "Le problème qui a récemment surgi dans l’élection présidentielle se concentre sur la question de la remise en cause de la laïcité", a déclaré l’état-major dans un communiqué diffusé sur son site internet quelques heures à peine après le premier tour du scrutin devant désigner le nouveau président."

    Une question l’entrée de la Turquie dont il faudra bien parler un jour ou l’autre

    Marie

    repondre message

    • Quand Royal esquive les questions 1er mai 2007 14:16

      Mais si, Royal va parler de la Turquie !

      "Mon choix est celui des Français" : Elle attends donc le dernier sondage. Vive le courage politique !

      Voir en ligne : segostop

      repondre message

      • Quand Royal esquive les questions 1er mai 2007 20:52, par johd

        C’est normal qu’elle n’ait pas eu le temps de lire les questions des journalistes, elle ne sait pas lire ! Y’a qu’à voir ses discours, franchement 3 heures pour lire deux phrases (après deux heures de retard) faut le faire quand même !

        repondre message

  • Profession de mauvaise foi chez les socialistes

    1er mai 2007 19:36, par Savignol de CastelJac

    L’art et la manière socialiste de présenter les résultats électoraux.

    De quelle utilité sont donc les soirées électorales ? On pourrait effectivement se poser la question si la réponse ne nous apparaissait dans sa limpide évidence : à dépoussiérer les fonds de placards politiciens. Un vide-grenier national en prévision des prochaines échéances électorales : les législatives. Les partis politiques raffolent de ces comices médiatiques où ils peuvent faire étalage de leurs plus beaux spécimens.

    Le hic — car il y a un hic — c’est que les plateaux de télévision sont diversement pourvus. En cause, la peur quasi phobique des états-majors politiques qui préfèrent investir tout débat télévisuel, aussi insignifiant soit-il ; la politique a horreur de laisser le bagout en jachère [1]. Pour répondre à la profusion médiatique, il n’est d’autre solution pour les partis que d’empoigner leur bâton de berger et d’arpenter alpages et pâturages à la recherche de ces tendres agnelets qui iront, bêlant, immoler servilement leur crédibilité sur l’autel de la communication politicarde [2]. Sous prétexte qu’une mauvaise représentation vaut mieux que pas de représentation du tout, les partis en présence jettent leurs malheureuses ouailles dans la bataille, et l’on assiste alors à de pathétiques passes d’armes dont la seule utilité avérée est de ne pas laisser la place libre à l’adversaire.

    On rassemble ainsi, dans l’urgence et la précipitation, un cheptel improvisé que l’on expose — non sans risque — sur les multiples stands de la foire télévisuelle. Qualité requise pour participer au concours ? une cravate, un costume ou un tailleur, et surtout, une langue bien pendue. Accessoirement, un peu d’intelligence politique ; plus sûrement, de la rhétorique politicienne. L’électeur moyen apprécie d’autant plus ce genre de représentations que certains numéros y sont tout simplement stupéfiants. Quelques compétiteurs réussissent ce tour de force, incroyable, d’agiter leur langue en tout sens, de manière ininterrompue et sans fatigue apparente, bien que cette dernière soit taillée dans un bois des plus bruts. Chapeau bas les artistes ! Et bien vu, car quoiqu’on en pense, le cirque fera toujours recette.

    Mais les jongleries oratoires ne s’arrêtent pas là. D’autres se font spécialistes d’une discipline particulièrement exigeante car nécessitant une persévérance et un aplomb qui défient parfois l’entendement : l’étalage de mauvaise foi. Faire profession de mauvaise foi reste l’apanage d’une élite. Ils ne sont pas légion ces gladiateurs de la diversion réfléchie et du faux-semblant calculé. Trop technique comme discipline. Trop gourmande en ressources machine. Il faut taper dans le processeur dual core à haute fréquence. Pas de place pour l’amateurisme. En contrepartie, cette technique est peu gourmande en barrettes mémoire, son adepte privilégiant généralement l’amnésie dès qu’il est question de ses anciennes réalisations.

    Et ce 22 avril 2007, en soirée, un champion hors catégorie de la discipline tentait en direct d’améliorer son propre record, en nous assénant, tout de go, que 70% du peuple français venait de rejeter, en la personne de Nicolas Sarkozy, la politique mise en place actuellement dans le pays. Oh, la belle manipulation ! Du grand art ! Comment transformer la victoire de son adversaire en une retentissante claque ! Et dire que l’on croyait la politique morte et enterrée dans ce beau pays !

    Étonnamment, aucun débatteur sur le plateau ne releva l’énormité. Aucun n’eut l’idée de lui répondre que 75% du peuple Français n’avaient pas non plus été converti par le prêche calamiteux de sainte Ségo de l’Ordre juste ; que 81% des Français n’avaient pas été happé dans le trou noir idéologique du centrisme ; que 90% des Français avaient fait front afin de ne pas entrer dans l’ « oxymoristique » espérance nationaliste [3], que 96% des Français ne consentaient pour seule révolution à un facteur trotskiste, que celle des roues de sa bicyclette lors de sa tournée quotidienne ; que 98% des Français amoureux des galettes condamnaient la croisade démente que le vicomte vendéen comptait mener contre le sarrasin ; que 98% des Français estimaient qu’il ne restait plus grand chose à se mettre sous la dent dans le buffet du communisme [4] ; que 98,5% des Français avaient jugé que l’avoinée [5] reçue par les verts leur remettrait la conscience écologique en place et le boniment en berne ; que 98,7% des Français jugeaient inadmissible qu’une employée ait pu confondre LCL avec LCR [6] pendant autant d’années ; que 98,7% des Français ne réduisaient pas l’altermondialisme à la destruction de fast-foods et au fauchage de cultures transgéniques ; que 98,9% des Français voyaient mal en quoi traquer et tuer des animaux permettait de revendiquer une autre ruralité ; enfin, que 99,6% des Français contestaient le droit à n’importe quel turlupin de se présenter aux présidentielles.

    Ce qui nous fait, au total et après décompte à la calculette, 1102% de Français qui ne supportent plus la politique politicienne dont l’une des sommités du parti socialiste nous a fourni une pitoyable démonstration sur ce plateau de télévision. Et oui, Savignol lui aussi sait manier l’argument fallacieux. Jouer du dénigrement n’est pas une panacée, Savignol en sait quelque chose, lui dont le style est loin de faire l’unanimité. Mais, il se targue d’une honnêté et d’une franchise à toute épreuve. Jamais il n’userait du sophisme pour emporter une adhésion malhonnête. Ce serait, pour lui, aussi inconvenant que d’imaginer un homme politique soumis à l’ISF qui déclarerait, un jour, sa farouche antipathie à l’encontre des riches ; une ignominie à peine concevable ; même de la part d’un homme politique ; surtout s’il était de gauche.

    Par bonheur, la classe politique ne tombera jamais aussi bas !


    [1] Lionel Jospin en sait quelque chose.

    [2] C’était le quart d’heure poétique pour mes aficionados lyriques.

    [3] Je les ai tous lu les programmes ! Qui osera prétendre après que Savignol parle à la légère ?

    [4] En général, ce sont les plus mauvais jeux de mots qui me ravissent le plus.

    [5] Encore plus fort ! Mais où s’arrêtera-t-il ?

    [6] Oui, FO, je sais. Mais LCR, FO, même combat.

    Voir en ligne : Profession de mauvaise foi chez les socialistes

    repondre message