» Sommaire » Marie-Ségolène » La cour Royal » Les petites phrases de sa cour... et d’ailleurs

Les petites phrases de sa cour... et d’ailleurs

mercredi 10 janvier 2007


Claude Allègre, ancien ministre PS : "Fabius est à contre emploi, et Ségolène Royal, malheureusement, montre sa réalité (...) son côté pusillanime" (Le Parisien)

Claude Allègre, ancien ministre de l’Education : "Ségolène Royal est anti-science, contre les OGM, contre le nucléaire". "Elle a une qualité terrible : elle est d’une ambition forcenée, comme je n’en ai jamais rencontré. Jamais". (i-Télé)

Claude Allègre, ancien ministre socialiste de l’Education nationale : "Je pense que Jean-Pierre Chevènement porte davantage les valeurs de la gauche que Ségolène Royal." Le vote des militants socialistes a été selon lui "biaisé" et "pas honnête". (i-Télé)

Claude Allègre : "A vrai dire, les idées saugrenues de Ségolène que les Français découvrent chaque jour, j’en ai soupé. Un jour, elle déboule dans mon bureau avec un projet d’arrêté qu’elle voulait me faire signer. Ils’agissait d’interdire les strings au collège. Je lui ai dit que je ne voulais pas me couvrir de ridicule, elle est repartie vexée. Jamais ses idées ne concernaient la pédagogie, l’égalité des chances ou une réforme quelconque de fond. C’étaient toujours des gadgets d’autopromotion..."

Claude Allègre, ancien Ministre. Parlant de Ségolène ROYAL : « Elle ne travaille pas. Quand elle était avec moi au ministère, elle ne contrôlait rien. Les nominations d’enseignants partaient dans tous les sens. Un jour, à cause d’elle, je me suis fait remonter les bretelles par Jospin et Strauss-Kahn. Avec ça, elle est intraitable pour le personnel. A son cabinet, ça valsait. Elle a changé trois fois de chauffeur. Après mon départ, elle est passée sous la coupe de Martine Aubry, qui se plaignait d’elle tout le temps. »

Claude Allègre : ’’Ségolène ROYAL n’est "capable ni de gagner, ni d’être Président dela République".

Martine Aubry, ancienne ministre socialiste. A déclaré : « qu’elle se jettera dans la Seine » si ses camarades rallient la candidature de Ségolène Royal.

Christophe Barbier, journaliste à l’Express : racontant ses impressions d’après interview avec Ségolène ROYAL "[.L’impression d’affronter un pot en acier : cela brille, tout glisse sauf ce qui fait tinter. C’est vide." "[.] Le pot d’acier se remplit de la pluie qui tombe." "[.] Inquiétante, décevante, percutante, glaçante, présente, troublante : l’énigme Ségolène."

Claude Bartolone, ancien ministre, député de Seine-Saint-Denis (socialiste) : s’exprimant sur la réponse que Ségolène ROYAL a faite à propos de l’entrée éventuelle de la Turquie dans l’Union européenne (« Mon opinion est celle du peuple français »), il déclare "Avec un raisonnement comme cela, il y aurait encore la peine de mort, les innocents d’Outreau auraient été exécutés".

Ségolène Royal a eu un prix de l’humour pour avoir dit cette peopolisation de la vie politique : " Même quand je ne dis rien, celà fait beaucoup de bruit !"
Pour aller dans ce sens, on citera Samuel Butler « Le silence, a dit quelqu’un, est une vertu qui nous rend agréables à nos semblables ».

Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris, strauss-kahnien, sur Ségolène Royal et les 35H au collège : "Si elle ne l’a pas dit, il n’est pas tolérable de faire courir des bruits" et "si elle l’a dit, le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas tout à fait le programme socialiste."

Michel Charasse, sénateur PS du Puy-de-Dôme : "Les propositions de Mme Royal sont peut-être au premier abord populaires, mais si on réfléchit un peu, on voit que le paquet est plus beau que le cadeau". (Le Figaro)

Jean-Pierre Chevènement, candidat du MRC : "La gauche porte collectivement la responsabilité d’avoir laissé le Front National devenir le premier parti ouvrier de France" (Déclaration sur son site internet)

Julien Dray, porte-parole du parti socialiste : Le PS doit "essayer de garder tous les enfants dans la maison. Jean-Luc Mélenchon a sa place mais il doit soutenir la candidate, c’est la moindre des choses". "Même quand il y a de nouveaux adhérents, il considère qu’ils sont suspects (...) Il en vient à mythifier le parti socialiste des années 80". (RMC Info)

Julien Dray, député de l’Essonne (socialiste et partisan de Ségolène ROYAL) :
A l’issue du meeting au Zénith où Ségolène ROYAL a été chahutée par les militants : « Qu’est ce que tu veux que je te dise ? Elle a franchement été nulle. Nulle, je te dis, elle a été nulle ! » (Le Canard Enchaîné, 01.11.06)

Alain Etchegoyen, ancien conseiller de Claude Allègre au ministère de l’Education Nationale. Il vient de publier "Votre devoir est de vous taire". Il consacre un chapitre à ses relations avec Ségolène Royal, "une expérience qui restera parmi les deux ou trois plus décevantes et plus pénibles que j’ai faites dans ma vie politique". Il dénonce un personnage "parasité par les questions d’image, qui l’obsèdent" et la difficulté de travailler avec elle "J’ai toujours eu du mal à aborder les questions de fond avec Ségolène Royal qui ne pensait que faire des coups".

Max Gallo, historien, ancien ministre de François Mitterrand : s’exprimant sur la proposition de Ségolène Royal de créer "des jurys de citoyens", "on a la Révolution culturelle du président Mao, qui voulait « tirer sur le quartier général » et faire juger les professeurs et tous les représentants par le peuple, représenté par les militants qui viennent juger et condamner ceux qui sont élus"

Jean Glavany, ancien ministre, député des Hautes-Pyrénées (socialiste) : "La stratégie (du camp Royal) consiste à taxer de machos tous ceux qui critiquent Ségolène Royal". A propos de Arnaud Montebourg, porte parole de Ségolène Royal, « Montebourg je ne peux plus le supporter, pour moi c’est une baudruche gonflée de prétention et d’ambition. (Le Canard Enchaîné - 11.10.06)

André Laignel, secrétaire général de l’Association des maires de France, Maire d’Issoudun, Député européen socialiste : s’exprimant sur la proposition de Ségolène Royal de créer "des jurys de citoyens", il a estimé que celle-ci se situait "dans la veine de l’antiparlementarisme le plus sommaire". Par cette proposition, "Mme Royal fait reculer les frontières de la République".

Laurence Parisot, "la bravoure c’est d’abord de maitriser la langue française."

Laurent Fabius, candidat à l’investiture du PS, sur la sincérité du scrutin interne : "J’ai malheureusement quelques doutes, notamment dans les départements du Sud" (France-2)

Laurent Fabius, candidat à l’investiture du PS : "Je pense que je serai vraisemblablement deuxième au premier tour et j’espère être premier au deuxième tour" (meeting à Clamart, Hauts-de-Seine)

Laurent Fabius, ancien Premier ministre, Député de Seine-Maritime (socialiste) :
"Je préfère dire : « Voici mon projet », plutôt que : « Mon projet, c’est Voici ! »

Jean Glavany (PS) : "La stratégie (du camp Royal) consiste à taxer de machos tous ceux qui critiquent Ségolène Royal".

Jean-Luc Mélenchon, sénateur PS : "Je ne pensais pas que le PS se donnerait une orientation politique comme ça, avec des positions avec lesquelles je ne suis pas en phase. Je me demande ce que je vais faire. La responsabilité des collectifs anti-libéraux est plus grande que jamais : ils doivent arriver à dégager un candidat commun entre eux pour qu’il y ait une véritable dynamique de gauche."

Jean-Luc Mélenchon, ancien ministre, Sénateur de l’Essonne (socialiste). Commentant une proposition de Ségolène ROYAL tendant à réformer le régime spécial de retraite des élus et parlementaires, il a accusé Ségolène Royal de se livrer à "de la démagogie pure" . Et il poursuit "elle pourrait commencer par montrer l’exemple, s’il s’agit d’abolir les privilèges" [.] "et elle pourrait annoncer par exemple qu’elle renonce à sa retraite de fonctionnaire, parce qu’elle, elle va cumuler à l’âge de la retraite, la retraite de parlementaire et une retraite de fonctionnaire"."Les gens qui veulent donner des conseils devraient commencer par se les appliquer à eux-mêmes et laisser les autres qui vivent tranquillement vivre leur vie".

Danielle Mitterrand, présidente de France Libertés : "Maintenant, j’attends que Ségolène donne un programme qui corresponde à nos espérances. Or, pour le moment, dans tout ce que j’ai entendu, je suis frustrée". (France-3 Draguignan)

Vincent Peillon, député européen socialiste sur LCI le 19 janvier 2007 : un certain nombre de gens qui ont été battus par la désignation de Ségolène Royal sont en train de traîner les pieds.

Michel Rocard, député européen socialiste : "Il nous faut, dès son élection, un président qui ait les manettes en main et qui ait de l’autorité et du respect. Le seul qui a la compétence et qui dispose de ce respect est Dominique Strauss-Kahn". (Déclaration)

Michel Rocard, ancien Premier ministre socialiste : Les jurys populaires, proposés par Ségolène Royal, "confinent à la stupidité". (Revue électronique Sens public)

Ségolène Royal, candidate PS à la présidence de la République, sur le soutien de Lionel Jospin : "Je suis très heureuse de ce soutien." C’est le mouvement du rassemblement des socialistes qui est en marche". Lionel Jospin est "une personnalité éminente" et "son soutien m’est tout à fait précieux". (Déclaration)

Dominique Strauss-Kahn, candidat à l’investiture socialiste : "Je suis pour une société de confiance alors que je vois assez fortement une société de suspicion sur certaines propositions qui ont été faites, comme celle sur les jurys populaires." (Interview au Monde)

Catherine Trautmann, députée européenne PS proche de Dominique Strauss-Kahn, sur les accusations de machisme portée par Ségolène Royal contre ses concurrents : " Depuis le début de la campagne, l’argument du machisme de ses compétiteurs est un refrain lancinant qui vise à contrecarrer tout argument adverse et à justifier toute lacune de sa part." (Déclaration)

Dominique Voynet, candidate des Verts à la présidentielle : "Ce qu’il y a de plus saillants dans le bilan régional de Ségolène, c’est le Poitou-Charentes anti-OGM, le budget participatif des lycées. Elle le doit à des élus Verts." (Libération)

38 Messages

  • J’ai vu Philippe Sollers dans une émission sur FR3 vers le mois de novembre je crois.Il était fort artificiellement excité et parlait avant le journal télévisé des candidats socialistes à l’investiture du parti.
    Alors qu’un des intervenants doutait de la compétence la candidate,le représentant de la gauche pétard éclatait de rire en disant que si elle était élue ce serait le bordel et qu’enfin on rigolerait beaucoup.
    1°Je ne savais pas qu’il la connaissait aussi bien ?
    2°Je plains les plus pauvres d’entre nous qui seront les premiers touchés par l’épouvantable crise qu’elle va provoquer.La gauche caviard dit :"par le bordel qu’elle va foutre".

    Quel égoïsme ! EGO ATTITUDE...pardon egotitude

    repondre message

    • bien sur qu’ils la connaissent et savent qu’elle est incapable de gérer le pays n’empêche que si elle est élue plus de petites phrases assassines toute la gauche caviar lui lèchera les bottes et fera n’importe quoi pour partager le gâteau et nous pauvres de nous...........

      repondre message

    • Les petites phrases de sa cours... et d’ailleurs 20 janvier 2007 13:32, par Otto

      C’est incroyable, je viens de voir sur FR3 des profs qui allaient manifester contre la suppression de la 3ème heure de langue vivante au lycée, 3ème heure supprimée par... Allègre, sous la gauche ! Mais ça, les journalistes bien dociles ne l’ont pas précisé...

      repondre message

  • Je voudrais savoir comment vous envoyer un mail. Il n’ya rien de prévu sur votre site.J’ai deux documents à vous envoyer.

    repondre message

  • la justice chinoise

    11 janvier 2007 12:51

    Tout s’explique.
    Notre madone illuminée s’ était tout de blanc vêtue afin de porter le deuil de tous ceux et celles qui ont été condamnés à mort et exécutés par cette justice si rapide.
    Nul doute qu’elle va bientôt vanter la justice américano-irakienne !

    repondre message

    • la justice chinoise 12 janvier 2007 12:33, par pierre

      Beaucoup de gens paraissent brillant jusqu’au jour où ils ouvrent leur gueule ...

      on est mal barré :

      encore un de ses propos :
      " Je crois que la diplomatie ne doit pas être conduite au profit de la France,mais au nom d’un certain nombre de valeurs,au nom d’un ordre international juste "

      et bien vive la france ! Si le président francais ne cherche meme pas a représenter la france et ses valeurs, les socialistes après avoir tué l’économie, se lance dans la diplomatie ...

      repondre message

      • Divinité et liturgie ou de la confiscation du politique 12 janvier 2007 21:03, par Béatrice Genevoix, socialiste. CH Bern

        Diplômatie ?
        Bravitude n’est pas un terme homologué, académisé. Qu’importe la polémique sur ses prétendues failles dans sa langue maternelle. C’est avant tout une manifestation insultante ou un méprisante à mes yeux. La bravoure connaît des candidats. La bravitude ne connaît que l’état naturel d’un sujet. Déduction : tout chinois qui gravit la muraille se doit d’être d’un naturel brave (dévoué). L’exemple de Tien An Men asserterait une glaciale réalité qui habite Mme Royal. Triste vision de la "Bravitude" virtuellement créée pour punir ceux qui n’en sont pas dotés.
        En effet, les chinois devraient se laisser gagner par la bravitude ou y parvenir coûte que coûte par le dressage.
        La conquérir devient un non sens.

        Plus qu’une maladresse en diplômatie, les propos de Mme Royal au ministre adjoint chinois sont révélateurs d’une stratégie mise en place pour réaliser ses ambitions personnelles. Cette stratégie consiste à toujours s’adresser à plus haut, à ailleurs et à plus puissant. Collaboration avec les siens. OUI pour la caution ! Mais pas de cohabitation avec les siens le reste du temps car, bon gré, mal gré, ils ne mènent que des combats ordinaires, aux causes communes, insuffisamment flatteuses souvent ingrates, impliquant le devoir d’un gain collectif en priorité.

        Ce que veut Mme Royal, c’est que le gain pour son parti soit dû à elle seule, de par son simple fait et, à l’image d’ un prince, elle redistribuerait elle-même des miettes de son pouvoir de manière discrétionnaire. Là aussi, elle instituera son exercice du pouvoir absolu dans le huis clos des ministères.

        La question :
        Son soutien de la première heure comme celui de la dernière, recevra-t-il la garantie d’ une récompense en bout de course pour sevices rendus ?

        Remarque :
        Se servir des évènements à l’étranger comme rampe de lancement.
        Pendant que la famille PS commémorait, Mme Royal officiait en public. Elle avait préféré se faire plébisciter depuis l’étranger par des chefs d’état déjà établis. Pertinent ! Bachelet du Chili était un instrument et un tremplin. En s’affichant à ses côtés, Royal avait bénéficié des feux médiatiques braqués sur elle. Les visites de Mme royal devaient absolument s’assimiler, dans l’esprit du petit citoyen, aux visites officielles que les chefs d’état assument "habituellement". Les visites de Mme Royal doivent s’insinuer dans l’esprit du citoyen français comme une tâche routinière qu’elle accomplit pour le compte de la France.
        La scène internationale captivait le monde entier. Les évènements qui s’y produisaient à ce moment là suscitaient attention et inquiétude de par des changements, ici ou là, en contre-pied à Bush. Pourquoi ne pas l’occuper pour y être vue et commentée. C’est ce fit que Mme Royal à l’enthousiame général des médias occidentaux en mal d’audience.

        Questions :
        Pourquoi n’est-elle pas allée soutenir Hugo Chavez pour sa politique démocratique et participative, clairement anti-capitaliste ? Pas même un message de félicitation pour sa récente et brillante re élection !

        Pourquoi n’a-t-elle pas profité des feux médiatiques pour condamner avec Chavez l’occupation irakienne de Bush et son impérialisme destructeur ?

        D’après les déclarations faites par Mme Royal à diverses occasions, on peut légitimement se poser la question du comment et où elle va trouver les moyens pour concrétiser ses généreuses intentions.
        Jusque là, on n’a droit, hélas, qu’à des arguments de vente sur carton glacé mais toujours sans les objets ni leur mode d’emploi.

        Les mots qui musèlent ses détracteurs :
        Jalousie pour les femmes : le vocable utilisé et abusé en toute circonstance à dessein. Ainsi plus aucune autre femme ne pourra plus rien prétendre. Toute critique sur l’absence de programme ou de moyens concrets sera censurée par cette réponse dénégatrice. De toute façon, c’est trop tard pour toutes les femmes de s’exprimer.
        Machisme pour les hommes : le but, préventivement est de faire échec à toute rivalité masculine et à tout sens critique.

        Son intouchabilité :
        Royal s’ est positionnée au dessus de la mêlée socialiste et de la gauche globale.
        Son apparition est d’un ordre épinal et de nature divine et non pas politique ou social.
        Désormais c’est le social et le politique qui évoqueront et serviront le symbole divin qu’incarne Mme Royal.
        Ses armes ne proviennent pas de l’arsenal commun des politiques. Elles proviennent du génie
        liturgique et du marketing, lui-même pas moins liturgique, des techniques orchestrales et instrumentales.
        Des armes idéologiques que la famille royale britannique a largement exploitées et particulièrement du temps de feu la Princesse Diana.

        Récapitulons :
        Ségolène constitue le symbole Royal de la providence, seule solution pour rassembler tous les enfants d’un même lit et avoir la haute main sur le patrimoine doctrinal de la famille socialiste avec la bénédiction des acteurs de l’économie mondialisée.
        Avec son équipe qui l’a lancée, elle crée une nouvelle entitée : dynastique et princière (mais pas impériale. Pourquoi ? Nous y reviendrons une autre fois, à moins que quelqu’un y apporte sa réponse)
        Que les femmes et féministes du PS en tiennent compte. L’accumulation de données et le trie du bon de l’ivraie continue dans les secrets de son administration. Quel prince ne possède pas son intelligentsia dans son service de sécurité !

        Personnellement, je ne pense pas que Mme Royal soit féministe ni même féminine. L’image du pouvoir intouchable et inattaquable est, par essence, assexuée, ensuite, un tel programme personnel, ne laisse tout simplement plus de place pour d’autres combats. Elle doit purement y renoncer.
        Il y a déjà tous ces lobbies financiers et cette macroéconomie à honorer, toutes ces suites à donner à chacune des ses gages d’allégeance lors de ses visites à l’étranger, à moins que ses visites ne la poursuivent et ne poursuivent la France. La France qui doit défendre un "certain nombre de valeurs" (ndlr), probablement celles qui restent à ses hôtes de les définir et de pousser la France à tenir ses engagements.

        Conclusion :
        Le monde entier a intérêt à ce que la France élise Mme Royal aux hautes fonctions de l’Etat. L’inconsistance n’a jamais été un obstacle pour les grandes puissances.
        Elle est indéniablement un avantage.
        Ceux qui ont rempli ne fut ce qu’un seul mandat électif en comprennent fort bien les enjeux . Ségolène constitue un nouvel absolutisme qui mettra la politique française et son rayonnement sous cloche. Idéologiquement, le phénomène auto mutilant de l’intellectuel français, en s’amplifiant, risque de répudier la France vers le moyen âge.
        Mais le parti socialiste avec ses éléphants et sa constellation de petites fédérations en portera une lourdement responsabilité.

        Si j’étais ministre chinois, je viendrais soutenir Madame Royal, nous la couvririons d’or et d’habits flamboyants, nous la porterions sur un palanquin, nous lui donnerions le goût d’être portée toujours plus haut... Elle est objectivement notre avenir à nous, son désir à elle serait alors exaucé dans le bonheur général.

        repondre message

      • la justice chinoise 14 janvier 2007 17:05

        en effet c est triste d etre nulle a ce point !!

        repondre message

        • la justice chinoise 17 mars 2007 23:20

          A propos des voyages à l’étranger de Madame Royal , ce qui m’a le plus choqué c’est son voyage en Israël. De quel droit se permetait-elle de parler aux nom des Français ?! en quel honneur et en quel nom ? jusqu’à nouvel ordre elle n’est pas l’élue du peuple français. Cela m’avait d’autant plus marquée qu’elle se baladait tout sourire dans une région du globe qui n’accepte pas qu’on s’y balade avec ses gros sabots, mettant les pieds dans le plat, pour une autopromotion de mauvais goût ...

          repondre message

  • Les petites phrases de sa cour... et d’ailleurs

    11 janvier 2007 18:42, par Tsuper

    Marie-Ségolène souhaite établir des accords réciproques d’extradition avec la Chine.
    Compte tenu du droit international et du nécessaire équilibre des peines, il faudra ré-introduir la peine de mort en France.
    En tous cas elle pourra envoyer nos assassins se faire exécuter en Chine. Ils sont rapides et efficaces pour cela

    repondre message

  • Chroniques frivoles à découvrir !

    12 janvier 2007 15:41

    Vous devriez lire un nouveau blogger dont les chroniques mélangent finesse et bon sens. C’est un article en trois parties qui a retenu mon intérêt : "Quand la baudruche se dégonflera".

    C’est un régal, à se tordre de rire ! C’est le genre de blogs à encourager... Avis aux amateurs.

    Le lien est ci-dessous.

    A bientôt !

    Annonciation

    Voir en ligne : Quand la baudruche se dégonflera (à découvrir d’urgence !)

    repondre message

  • MArrante l image

    Voir en ligne : lol

    repondre message

  • Les petites phrases de sa cour... et d’ailleurs

    13 janvier 2007 19:21, par LALI une simple citoyenne

    « Ségo est une marque » disait un réputé conseiller en communication.

    En effet Ségolène Royal est un pur produit marketing qui n’a son émergence que par les médias et sa raison d’être par des « événements médiatiques ».

    Telle une marque d’automobile elle doit braver les montagnes, passer sur les murailles, toujours sous les feux des flash, récitant des slogans qui étonnent, qui marquent les esprits, les mots qui font du bruit et qui bêtifient même ses farouches partisans, ses adorateurs jadis railleurs…

    Mais les Français ne sont pas dupes. Les mêmes médias qui l’ont porté au sommet vont faire éclater cette bulle blanche. N’est-ce pas que Lionel Jospin la comparait jadis à une bulle ?

    repondre message

  • Marie-Ségolène promet de changer de cap et de se débarrasser des éléphants... elle confie ses réformes à DSK.
    Elle promet aux Français d’augmenter leur pouvoir d’achat... en augmentant les impôts des ménages des classes moyennes.
    Elle promet d’être plus juste... comme chez les Maoïstes (mais en même temps on comprend son admiration pour la République "Populaire" de Chine socialiste, là-bas le trafic d’organes y est courant, ce qui lui permettrait de trouver un cerveau).
    Va-t-elle nommer Jamel Debouze comme Premier Ministre, Joey Starr comme Ministre de la Culture (Jack Lang devant se retrouver, selon ses promesses, au cimetière des éléphants) et Samy Nacéri comme Garde des Sceux, Ministre de la Justice ??????

    repondre message

  • D’après l’inénarrable Arnaud Montebourg, qui ne parle jamais pour ne rien dire ( sic), le seul défaut de son altesse Ségolène, serait " son compagnon" , ci devant François Hollande.
    Ne serait-ce point plutôt sa nullitude ??????

    repondre message

  • Arnaud montebourg, l’intarissable de Bourgogne, qui a l’art de parler pour ne rien dire, vient d’être suspendu pour un mois par la dâme du poitou. Comment va-t-il donc faire pour ne pas l’ouvrir, ce faux play-boy beau parleur, pendant une aussi longue période ?????

    repondre message

  • Le "trou d’air" en cours va se transformer en gouffre d’air , dans lequel la dâme du poitou va se noyer trsè rapidement, j’en prends les paris

    repondre message

  • Trouvé ceci sur le site : http://dsk-revient.over-blog.com/

    Vendredi 19 Janvier 2007
    POURQUOI NOUS NE VOTERONS PAS SEGOLENE !
    NOUS SOMMES MILITANTS ET SYMPATHISANTS PS MAIS NOUS NE VOTERONS PAS SEGOLENE

    POURQUOI ?????

    Le parti socialiste a choisi massivement, le 16 novembre 2006, Ségolène Royal comme candidate officielle aux prochaines élections présidentielles. Cette désignation, intervenue à la suite de débats internes, a consacré l’avènement d’une nouvelle façon de faire de la politique, davantage centrée sur la communication que sur le fond. En cela, elle a donné une cruelle leçon de réalisme à tous ceux qui dans son parti n’ont pas su trouver les moyens de dégonfler ce qu’ils appelaient eux-même une « bulle médiatique » : Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn, mais aussi Lionel Jospin.

    Cette désignation est censée incarner, pour de nombreuses personnes, le renouveau tant attendu de la politique, ardemment souhaité par une majorité de Français. Pourtant, le parti socialiste a probablement commis une erreur historique en faisant de Ségolène Royal sa candidate. Si celle-ci a de sérieuses chances de gagner l’élection présidentielle, elle ne présente pas les qualités requises pour répondre vraiment au désir de changement souhaité par les Français. En d’autres termes, le PS s’est choisi une bonne candidate capable de gagner les élections (ou du moins de ne pas perdre), mais pas potentiellement une grande présidente répondant aux aspirations populaires. Douze arguments confirment cette assertion.

    1. Ségolène Royal est énarque. Aux yeux des Français, l’ENA représente, à raison, la main-mise d’une élite sur la vie politique française. Cette école forme évidemment des gens brillants. Mais aucun n’est un idéaliste. Leur formation leur donne des automatismes de pensée similaires. Elle les coupe surtout de la réalité, quand bien même certains d’entre eux l’auraient côtoyée auparavant de près. On ne doit pas gérer l’Etat comme un haut-fonctionnaire, même compétent. L’affaire récente de l’ISF rappelle malheureusement qu’elle ne côtoie la réalité des couches populaires que très indirectement.

    2. Elle est cumularde. Ségolène Royal cumule aujourd’hui deux mandats majeurs. Elle est présidente de région et député des Deux-Sèvres. Chacune de ces deux fonctions ne nécessite-t-elle pas un engagement à plein temps ? D’ailleurs, les rémunérations de chacune de ces deux fonctions sont très élevées, ce qui prouve bien qu’elles impliquent un engagement complet et permanent.

    3. Elle est absentéiste. Depuis son entrée en campagne, Ségolène Royal déserte par exemple l’Assemblée Nationale, alors qu’il eût été honnête de laisser sa place (et la rémunération qui va avec) à son suppléant. Mais bien avant son entrée en campagne, Ségolène Royal a surtout brillé à l’Assemblée par son manque d’implication : le nombre de questions orales, écrites, mais aussi la participation active aux commissions sont des éléments révélateurs du travail d’un parlementaire. Or, dans tous ces domaines, Ségolène Royal se trouve dans les abysses du classement des députés. Redonner tout son sens à la valeur travail, cela commence d’abord par être soi-même exemplaire.

    4. Elle a montré des signes d’incompétence. Lors du débat sur le traité de constitution européenne, elle avait suscité l’étonnement général (même dans le camp du « oui ») en expliquant qu’elle serait obligée de privatiser les cantines des lycées de sa région si le non l’emportait… Même dans les domaines qu’elle est censée le mieux maîtriser, elle prononce de graves inepties. A Lens, en septembre 2006, l’ancienne ministre de l’environnement a ainsi expliqué de façon décomplexée que les OGM seraient un danger pour les fœtus. Aucune étude scientifique n’a jamais avancé le moindre début de preuve allant en ce sens. De même, dans son intervention à Angers sur l’éducation, l’ancienne ministre déléguée à l’enseignement scolaire y affirmait que les professeurs exerçaient « 17 heures » de cours. Aucun professeur du secondaire ne bénéficie aujourd’hui d’un tel statut.

    5. Elle a connu quelques déboires judiciaires. En décembre 1998, Ségolène Royal est condamnée par le conseil des prud’hommes de Niort à régler à son ancienne assistante parlementaire et à deux secrétaires des compléments de salaires, pour les avoir fait travailler sans les rémunérer pendant la campagne législative qui a suivi la dissolution de 1997 dans sa circonscription du département des Deux-Sèvres. Cette affaire va aujourd’hui rebondir car les deux principales plaignantes ont obtenu gain de cause pour que l’affaire soit rejugée par la cour d’appel de Rennes. Cela ne cadre pas vraiment avec ce qu’elle appelle l’ordre juste.

    6. Elle est soutenue par tous les cadres du PS ayant été impliqués dans des affaires ayant nui à la réputation du parti : Jacques Mellick (recordman du trajet Bethune-Paris), Roland Dumas (ancien ministre impliqué notamment dans l’Affaire Elf), Georges Frêche (surnommé par certains le « Ceausescu du Languedoc-Roussillon » et auteur récent d’un dérapage sur l’équipe de France de football ...). Elle est donc la candidate du « système », ce que l’extrême-droite va s’empresser d’exploiter. Notons aussi qu’elle est soutenue par les représentants de la gauche caviar, les rois du parachutage et les adeptes du retournage de veste…

    7. Elle semble parfois prendre des positions qui peuvent faire le lit du populisme et de la démagogie. Là encore, les exemples sont nombreux. Alors qu’elle était ministre déléguée à l’enseignement scolaire, elle a injustement sali la mémoire d’un enseignant d’EPS qui s’était suicidé après avoir été accusé à tort de pédophilie. Elle voulait ainsi s’offrir une vitrine médiatique. Bernard Hanse, le professeur incriminé, n’était plus vivant pour se défendre de la calomnie de la ministre, mais la justice prouva ensuite son innocence. De même, interrogée sur l’entrée de la Turquie dans l’UE, elle répliqua « mon opinion est celle du peuple français … ». Enfin, elle vante les mérites de sa campagne axée sur la démocratie participative. Son livre, qui était censé présenter la synthèse des contributions, ne sera jamais achevé. En 8 mois, il n’a pas dépassé deux chapitres, complètement creux.

    8. Elle n’a pas de ligne politique claire : Lors de sa prestation dans l’émission « Ripostes » dimanche 17 décembre, elle a eu le droit d’avoir une heure trente d’antenne sans proposer la moindre mesure concrète. Par ailleurs, d’aucuns la qualifient de « girouette politique ». L’expression, exagérée et un insultante trouve malheureusement dans l’actualité des arguments. Son voyage au Proche-Orient a dérouté plus d’un analyste politique. Elle est d’accord avec le Hezbollah, puis deux jours plus tard d’accord avec l’Etat Israël concernant la construction du mur en Cisjordanie. Elle dénonce les survols d’avion israéliens du Sud-Liban en s’adressant aux soldats de la FINUL, avant de dire deux jours plus tard auprès des dirigeants israéliens que ces vols sont totalement justifiés.

    9. Elle n’est pas en mesure de tarir le vote d’extrême-droite en France. Malgré la candidature Royal et bien qu’étant à 6 mois des élections, Jean-Marie Le Pen est au plus haut dans les sondages. Si elle atteint moins de 25% au premier tour, on pourra alors vraiment parler de contre-performance. La gauche a normalement tout pour gagner : un bilan de la droite désastreux, et surtout une division des forces de gauche beaucoup moins importante qu’en 2002. En outre, elle ne semble pas en mesure non plus de susciter un vote d’adhésion massif et d’aller chercher les abstentionnistes et non inscrits.

    10. Elle donne l’impression d’être complètement déconnectée de la vie réelle des Français. Imaginez-vous sérieusement Ségolène Royal prendre le métro, faire ses courses, … ? Demandez-lui le prix d’un ticket de métro, le montant du R.M.I. ou même le montant du SMIG. On aurait de malheureuses surprises.

    11. Elle prend les couches populaires pour des demeurés, ayant à leur égard une attitude maternelle profondément offensante. Un seul exemple : elle demande aux militants et cadres de son parti de ne plus parler de « pouvoir d’achat », mais de « vie chère » pour mieux s’adresser au « peuple ». Trois objections peuvent être formulées quant à cette démarche. Primo, les politiques ont-ils réellement à reprendre des slogans publicitaires habituellement utilisés par Auchan ou Leclerc ? Deuxio, les Français des couches populaires ne sont pas si idiots au point de ne pas comprendre ce que signifie « pouvoir d’achat ». Je baigne dans un milieu ouvrier et agricole. Tout le monde autour de moi comprend tout à fait ce que signifie « pouvoir d’achat » : il n’est nul besoin d’être énarque pour comprendre ce terme. Enfin, cette notion de vie chère est une aberration. Ségolène Royal vante les modèles scandinaves. En Norvège, la vie est beaucoup plus chère qu’en France. Les Norvégiens y trouvent-ils à redire ? Non, car leur pouvoir d’achat leur permet de vivre confortablement. Alors, au nom de la vie chère, doit-on aligner la France sur les pays africains, où la vie est bien moins chère ?

    12. Elle ne tolère pas la contradiction. Or, lorsque l’on dispose d’une autorité, il convient de ne pas en abuser. A certains qui l’ont critiqué (politiques comme F. De Panafieu ou journalistes comme S. Bern), elle leur a répondu « je ne suis pas prête de l’oublier », faisant écho à un célèbre « je m’en souviendrai » de Jean-Marie Le Pen lancé à un gendarme en Corse il y a quelques années… Quant à ses malheureux concurrents du débat interne, malgré les 40% qu’ils pèsent dans le parti, ils seront éclipsés dans les mois à venir, pour ne pas dire placardisés. On peut craindre qu’elle refusera de participer à des débats télévisés dans les mois à venir, prétextant de ne pas vouloir débattre notamment avec Jean-Marie Le Pen (utilisant l’argumentaire de Jacques Chirac en 2002). Pour Ripostes, elle a refusé de débattre avec plusieurs députés UMP, dont Valérie Pécresse.

    Face à tous ces arguments, les partisans répondent d’une seule voix : c’est une femme, qui a « rencontré le peuple » et qui incarne d’après les sondages un renouveau. L’indigence du raisonnement des partisans de Ségolène Royal témoigne soit du profond désenchantement qui affecte l’électorat de gauche, soit, pour les cadres du parti, d’une soif insatiable de pouvoir. J’attends d’ailleurs, point par point, qu’on réfute les douze arguments que je viens d’avancer.

    NOUS penSONS qu’un parti doit tout faire pour défendre ses idées, quitte à ne pas gagner. Certains ont préféré vendre leur âme au diable pour conserver les privilèges de leurs fonctions. Il vaut mieux perdre avec les honneurs plutôt que gagner en piétinant ses convictions. Les Français souhaitent chez leurs représentants politiques de l’honneur, de l’humanité, de la générosité, de la droiture, de l’honnêteté, mais aussi de la compétence et de la clairvoyance. Cela, le Parti Socialiste ne l’a pas compris.

    repondre message

    • POURQUOI NOUS NE VOTERONS PAS SEGOLENE ! 20 janvier 2007 22:56, par christophe

      En complement il est interressant d’aller voir la cote de segolene la niaise et de gros culbuteau sur http://www.contribuables.org Ce site note les députés en fonction du travail éffecté.

      Voir en ligne : aller

      repondre message

    • POURQUOI NOUS NE VOTERONS PAS SEGOLENE ! 21 janvier 2007 01:06, par Elizabeth

      Attention aux punitions qui vont peut-etre tomber.

      Comment osez-vous émettre une critique sur l’icone des médias alors que tant se taisent esperant un ministère, un secrétariat d état, une circonscription lors de la distribution des récompenses.
      Jack est en téte, il en a assez des moules frites !....

      Meme en s’entourant d’une armée de conseillers, on ne peut faire illusion bien longtemps.

      En est-elle déja à l’oreillette pour réciter les réponses qu’elle est incapable de donner. Qui est-elle pour accepter ou refuser le débat si l’interlocuteur risque de la mettre en difficulté.

      Un chef d’état ne peut choisir les interlocuteurs avec lesquels il dois traiter les problemes ou ratifier des accords.

      Qu’elle cesse de se victimiser et de se mettre en scène. On lui reproche de jouer un role avec sa petite robe, sa petite veste, son petit collier en toc. Tout est orchestré,calculé.

      Surtout n’abordez pas le sujet des revenus de cette dame et de ce Monsieur qui n’aime pas les riches.
      Ils ne refusent pas leurs virements chaque mois (environ 60000€ + les avantages en nature) Par contre, ils souhaitent s’occuper de nos finances. Nous avons beaucoup trop pour vivre. Il ne faut pas manquer d’air.

      Ce n’ est pas un casting, nous allons élire un président de la république.

      repondre message

    • le blog dsk-revient a été interdit entre-temps par la dame du poitou. Bel exemple de démocratie participative !!!!!

      repondre message

      • TAUBIRA SE LANCE DANS LA CAMPAGNE 21 janvier 2007 20:35, par DANIEL

        Mme Taubira la très " anti-raciste " députée de Guyane vient d’annoncer qu’elle se lançait dans la campagne aux côtés de la Reine du Poitou ! A elles deux ce ne sera plus une catastrophe mais un véritable....cataclysme !!

        repondre message

      • POURQUOI NOUS NE VOTERONS PAS SEGOLENE ! 21 janvier 2007 21:56, par papillotte01

        Heureusement pour moi, j’ai eu le temps d’enregistrer le contenu du blog mais dommage pour les autres internautes. Miss Bécassine démocrate ? Quelle antinomie ! La vérité dérange et ce blog était un modèle de réalisme et de vérité. La poupée Barbie de la politique étale une fois de plus son autoritarisme, son étroitesse d’esprit (à conditiion qu’elle en ait un) et son antidémocratie. Elle se rapproche à grands pas du stalinisme, elle apprécie la justice chinoise, mais qu’elle continue, sa côte de popularité descend en chute libre et c’est tant mieux pour la France.
        Heureusement que le ridicule ne tue pas, elle aurait perdue la vie depuis longtemps !
        Pour conclure, Ségo facho démontre une fois de plus son incapacité à occuper les fonctions que son égocentrisme lui commande de convoiter et pratique la technique des faibles : tout ce qui me dérange, je
        l’interdis. VIVE LA DEMOCRATIE !!!

        repondre message

      • Ne nous faisons pas d’illusion (personnellement je ne m’en suis jamais fait)en cas d’élection ( un désastre est malheureusement toujours possible )de Miss dentifrice, la France sera dirigée comme la Région Poitou Charente c’est à dire avec interdiction formelle de contredire Madame le....Proviseur, faute de quoi suspensions et censures tomberont sans pitié ! L’interdiction du blog de DSK prouve si besoin était quelle femme réelle se cache derrière son sourire ....faux-cul !!!

        repondre message

    • En fait, ce qui s’est passé, c’est qu’avec leur appel à l’inscription au PS à prix réduit, ils ont été débordé par un afflux qui ne leur a pas permis de vérifier si les nouveaux étaient bien des socialos. C’est l’ennemi intérieur qui a voté MSR , connaissant sa "nullitude". Mort du PS en perspective.

      repondre message

    • d accord avec vous sauf pour freche qui a ete un grand maire de montpellier et que vous ne connaissez que par les medias parisiens

      repondre message

  • Les petites phrases de sa cour... et d’ailleurs

    27 janvier 2007 09:41, par PYL

    Segolène et ses copains :

    Claude ALLEGRE
    « Les idées saugrenues de Ségolène »
    A vrai dire, les idées saugrenues de Ségolène que les Français
    découvrent chaque jour, j’en ai soupé. Un jour, elle déboule dans mon
    bureau avec un projet d’arrêté qu’elle voulait me faire signer. Il
    s’agissait d’interdire les strings au collège. Je lui ai dit que je ne
    voulais pas me couvrir de ridicule, elle est repartie vexée. Le
    lendemain, elle voulait suspendre le directeur des Arts et Métiers
    parce qu’il n’avait pas supprimé le bizutage, etc. Mais jamais ses
    idées ne concernaient la pédagogie, l’égalité des chances ou une
    réforme quelconque de fond. C’étaient toujours des gadgets
    d’autopromotion...
    Lien : http://www.lepoint.fr/societe/document.html?did=185883

    Alain ETCHEGOYEN
    Ancien conseiller de Claude Allègre au ministère de l’Education
    Nationale Il vient de publier "Votre devoir est de vous taire". Il
    consacre un chapitre à ses relations avec Ségolène Royal, "une
    expérience qui restera parmi les deux ou trois plus décevantes et plus
    pénibles que j’ai faites dans ma vie politique". Il dénonce un
    personnage "parasité par les questions d’image, qui l’obsèdent" et la
    difficulté de travailler avec elle "J’ai toujours eu du mal à aborder
    les questions de fond avec Ségolène Royal qui ne pensait que faire des
    coups".

    Jean-Paul HUCHON
    Président du Conseil Régional d’Ile-de-France (socialiste) S’exprimant
    sur la proposition de Ségolène Royal de créer "des jurys de citoyens",
    il a estimé que " cette idée, c’est le mariage de Gringoire, Je suis
    partout et du Petit Livre rouge de Mao".
    ( Le Parisien, 06.11.06)

    Michel CHARASSE
    Ancien ministre, Sénateur du Puy-de-Dôme (socialiste) "Les
    propositions de Mme Royal sont peut-être au premier abord populaires,
    mais si on réfléchit un peu on voit que le paquet est plus beau que le
    cadeau"

    Julien DRAY
    Député de l’Essonne (socialiste . et partisan de Ségolène ROYAL) A
    l’issue du meeting au Zénith où Ségolène ROYAL a été chahutée par les
    militants :
    « Qu’est ce que tu veux que je te dise ? Elle a franchement été nulle.
    Nulle, je te dis, elle a été nulle ! » (Le Canard Enchaîné, 01.11.06)

    André LAIGNEL
    Secrétaire général de l’Association des maires de France, Maire
    d’Issoudun, Député européen (socialiste) S’exprimant sur la
    proposition de Ségolène Royal de créer "des jurys de citoyens", il a
    estimé que celle-ci se situait "dans la veine de l’antiparlementarisme
    le plus sommaire". Par cette proposition, "Mme Royal fait reculer les
    frontières de la République".

    Max GALLO
    historien, ancien ministre de François Mitterrand S’exprimant sur la
    proposition de Ségolène Royal de créer "des jurys de citoyens", "on a
    la Révolution culturelle du président Mao, qui voulait « tirer sur le
    quartier général » et faire juger les professeurs et tous les
    représentants par le peuple, représenté par les militants qui viennent
    juger et condamner ceux qui sont élus"

    Claude BARTOLONE
    Ancien ministre, Député de Seine-Saint-Denis (socialiste) S’exprimant
    sur la réponse que Ségolène ROYAL a faite à propos de l’entrée
    éventuelle de la Turquie dans l’Union européenne (« Mon opinion est
    celle du peuple français »), il déclare "Avec un raisonnement comme
    cela, il y aurait encore la peine de mort, les innocents d’Outreau
    auraient été exécutés".

    Jean GLAVANY
    Ancien ministre, Député des Hautes-Pyrénées (socialiste) "La stratégie
    (du camp Royal) consiste à taxer de machos tous ceux qui critiquent
    Ségolène Royal".

    François HOLLANDE
    Député de la Corrèze, Secrétaire national du Parti Socialiste A propos
    de Arnaud Montebourg, porte parole de Ségolène Royal, « Montebourg je
    ne peux plus le supporter, pour moi c’est une baudruche gonflée de
    prétention et d’ambition » (Le Canard Enchaîné, 11.10.06)

    Martine AUBRY
    Ancienne ministre socialiste
    A déclaré :
    « qu’elle se jettera dans la Seine » si ses camarades rallient la
    candidature de Ségolène Royal
    (Cela dit, j’attends encore... peut-être a-t-elle renoncé pour ne pas
    que les écolos crient encore à la pollution sauvage ?)

    Claude ALLEGRE
    Ancien ministre
    Ségolène ROYAL n’est "capable ni de gagner, ni d’être Président de la
    République".

    Christophe BARBIER
    Journaliste à l’Express
    Racontant ses impressions d’après interview avec Ségolène ROYAL "[.]
    L’impression d’affronter un pot en acier : cela brille, tout glisse
    sauf ce qui fait tinter. C’est vide.""[.] Le pot d’acier se remplit de
    la pluie qui tombe.""[.] Inquiétante, décevante, percutante, glaçante,
    présente, troublante : l’énigme Ségolène."

    Jean-Luc MELENCHON
    Ancien ministre, Sénateur de l’Essonne (socialiste) Commentant une
    proposition de Ségolène ROYAL tendant à réformer le régime spécial de
    retraite des élus et parlementaires, il a accusé Ségolène Royal de se
    livrer à "de la démagogie pure" . Et il poursuit "elle pourrait
    commencer par montrer l’exemple, s’il s’agit d’abolir les privilèges"
    [.] "et elle pourrait annoncer par exemple qu’elle renonce à sa
    retraite de fonctionnaire, parce qu’elle, elle va cumuler à l’âge de
    la retraite, la retraite de parlementaire et une retraite de
    fonctionnaire".
    "Les gens qui veulent donner des conseils devraient commencer par se
    les appliquer à eux-mêmes et laisser les autres qui vivent
    tranquillement vivre leur vie".

    Laurent FABIUS
    Ancien Premier ministre, Député de Seine-Maritime (socialiste) "Je
    préfère dire : « Voici mon projet », plutôt que : « Mon projet, c’est
    Voici ! » "

    Claude ALLEGRE
    Ancien Ministre
    Parlant de Ségolène ROYAL . « Elle ne travaille pas. Quand elle était
    avec moi au ministère, elle ne contrôlait rien. Les nominations
    d’enseignants partaient dans tous les sens. Un jour, à cause d’elle,
    je me suis fait remonter les bretelles par Jospin et Strauss-Kahn.
    Avec ça, elle est intraitable pour le personnel. A son cabinet, ça
    valsait. Elle a changé trois fois de chauffeur. Après mon départ, elle
    est passée sous la coupe de Martine Aubry, qui se plaignait d’elle
    tout le temps. »

    repondre message

  • Martine Aubry, ancienne ministre socialiste. A déclaré : « qu’elle se jettera dans la Seine » si ses camarades rallient la candidature de Ségolène Royal.

    Ca serait bien le seul point positif de sa candidature....

    repondre message