Poster un message

En réponse à :

La « botte », mal odorante des « amis de Ségolène ».

Mon anticommunisme primaire et viscéral remonte à mes 12 ou 13 ans. Mon père, enfant du pays, m’avait emmené au bureau de vote après m’avoir expliqué l’isoloir, le vote personnel,et tout ca. Il faut dire que c’était une petite ville du nord votant à 90% communiste, et mon père était un fervent gaulliste. Tout le monde le savait, mais on savait aussi qu’il avait une méchante droite et l’art de s’en servir.
Du secret de l’isoloir, j’ai juste vu que si on voulait un bulletin autre que communiste, il fallait le demander, et que le jeu était de mettre ostensiblement le bulletin coco dans l’enveloppe et de (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.