Poster un message

En réponse à :

c’est à la bravitude à laquelle je pense

C’est bizarre, cette bravitude me fait penser à une des toutes premières chansons de Françoise Hardy : "C’est à l’amour auquel je pense". (elle voulait dire ".. que je pense").
Ségolène pourrait tout aussi bien chanter "C’est à la Présidence à laquelle je pense", elle a de toute façon ses fans, qui se moquent éperdument des fotes de français, et qui sont au contraire tout prêts à s’extasier devant le non-conformisme lexical de cette ambassadrice de notre culture.
On peut être sûr que cela ne l’empêchera pas de faire une belle carrière - comme Françoise (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.