Pas les Royal. www.paslesroyal.com
http://paslesroyal.com/spip.php?article106
Feuilleton Besson, suite et fin ?
Eric Besson déplore l’amateurisme de Ségolène sur les questions-clés et en tire toutes les conséquences en se retirant de la vie politique
mercredi, 21 février 2007

L’histoire se répéterait-elle au Parti socialiste ? Tout porte à le croire. En effet, comme son mentor politique, Lionel Jospin, le soir d’un certain 21 avril 2002, Eric Besson qui avait déjà démissionné du secrétariat général du Parti socialiste la semaine dernière, a annoncé, aujourd’hui sur Europe 1, qu’il quittait la vie politique. Dans une lettre adressée à François Hollande, dévoilée en partie par l’AFP, il précise qu’il rend sa carte du PS, qu’il terminera l’actuelle législature en tant que député « non inscrit » et qu’il ne se représentera pas aux prochaines élections législatives.

En cause, en premier lieu les membres de l’entourage immédiat de Ségolène Royal, qui ont selon lui « un rôle excessif de conseillers qui font la pluie et le beau temps ».

Dans sa lettre de démission, le député de la Drôme déplore également que « sur des questions-clés, comme l’environnement, la candidate fassent preuve d’un tel degré d’amateurisme » (sic).

Par ailleurs, l’ex monsieur chiffres de Dame Royal critique vertement « la façon dont est conduite la campagne ». Il a notamment affirmé que son départ du PS n’était pas "un coup de tête", mais reposait sur une analyse comparée des raisons de la défaite de Lionel Jospin à l’élection présidentielle de 2002 et de la manière dont Ségolène Royal menait sa campagne en 2007.

"En 2002, j’ai assisté aux préparatifs de notre défaite. J’estimais que cela ne se passait pas bien (...) Depuis trois mois, je vois que la campagne est mal orientée, mal organisée, qu’elle se déroule mal. (…) Vu les circonstances actuelles, la gauche va dans le mur, comme en 2002. Mais cette fois les yeux ouverts et en klaxonnant."

Nul doute qu’avec de tels propos Eric Besson aura réussi à se rappeler au bon souvenir de Ségolène Royal qui, il y a à peine une semaine encore en déplacement dans la Somme, feignait de ne pas connaître ce cher monsieur Besson. Affaire à suivre...

Commentaires: