Pas les Royal. www.paslesroyal.com
http://paslesroyal.com/spip.php?article144
Extrait de "qui connaît Madame Royal ?" livre d’Eric Besson
mardi, 24 avril 2007

Eric Besson, député socialiste de la Drôme, il occupait au sein du PS les fonctions de secrétaire national à l’économie jusqu’à sa démission, le 14 février 2007.

Qui connaît madame Royal ?

Je pense en conscience, que Ségolène Royal ne doit pas devenir Présidente de la République. Je ne le souhaite pas pour mon pays. Je le redoute pour mes enfants.

Ce que construit Ségolène Royal dans cette campagne présidentielle est mensonger et dangereux, pour la gauche et pour la France.

Elle construit un pouvoir personnel. Elle attise la méfiance envers les élus et la démocratie représentative. Elle use et abuse de la démagogie.

Les fameuses 100 propositions, que l’immense sagesse des débats participatifs avait inspiré… Vaste blague, évidemment, puisque tout s’est décidé entre Ségolène et ses conseillers, dans l’opacité la plus insupportable, à l’insu même des dirigeants du PS !

Une dictature ?

Un pouvoir ultra personnel, sous des formes évidemment charmantes, pleines de bonnes intentions affichées, de discours compatissants et de leçons de morale. Une com’ qui masque un pouvoir personnel sans contrôle aucun, qui annonce le pire si jamais elle l’emporte. Sans élaboration collective ni débat, on est dans l’arbitraire pur et simple… et cet arbitraire ne peut que conduire à la catastrophe…

… Plus tard, pendant le discours de Ségolène, je verrai que Bianco lui-même sera pris au dépourvu, quand sa candidate modifiera son texte, à l’inspiration du moment.

Avec l’aventure Royal, on est entré dans le royaume de l’improvisation, de l’amateurisme et de l’apparence.

J’ai défendu quelqu’un en qui je ne croyais pas, et pire, quelqu’un que ’ai fini par percevoir comme éminemment dangereux…

Je n’ai pas aimé sa manière de pendre le pouvoir. Qu’elle ait continué de nous regarder en silence, de fuir les lieux de confrontation collectifs, m’a déplu. C’était une habileté irrespectueuse ! J’ai compris ensuite que son silence, sa manière de fuir le débat, étaient un vrai choix tactique. C’est là que j’ai commencé à avoir un problème. Encore était-il mineur. Ensuite, quand elle s’est mise à parler, j’ai compris qu’il y avait un gros problème.

Commentaires: