Pas les Royal. www.paslesroyal.com
http://paslesroyal.com/spip.php?article65
La campagne (sera) était participative
jeudi, 18 janvier 2007

Voici ce que déclarait Marie-Ségolène Royal le samedi 7 octobre 2006 devant le Conseil National du Parti socialiste : "...la campagne sera participative : les citoyens ne veulent plus assister, immobiles, à des meetings, ou simplement prendre des tracts. Ils ont soif de participer, ils ont soif de compter pour quelque chose...".

Les sites internet et les blogs permettent de poster, de publier des articles, d’échanger, de commenter. C’est donc l’outil totalement adapté à ce concept défendu par Marie-Ségolène Royal.

Son concept de campagne participative, Marie-Ségolène, le défend bien. C’est son bébé, elle y croit : "C’est pourquoi je crois à cette démocratie participative, qui complète et qui renforce la démocratie représentative. C’est elle qui va déterminer la force de l’adhésion à un projet. C’est le meilleur rempart contre le populisme. Le populisme est un mouvement négatif, c’est une pulsion de dénigrement, de destruction, de déconstruction."

Pourtant, lorsqu’il s’agit d’utiliser ce concept de manière démocratique, c’est-à-dire que d’autres qu’elle puissent s’en servir, parfois à son encontre, Marie-Ségolène Royal ne cautionne plus.

Les limites de la campagne participative et des jurys populaires seraient elles atteintes dès lors que l’on s’intéresse à la candidate socialiste ?

Étrangement, c’est l’ISF, impôt théoriquement le plus facile à imposer aux contribuables lorsqu’on est au parti socialiste, qui est en train de plomber le couple et cette campagne... ROYAL ! Et là, finit le concept de débat participatif, place aux avocats et à la justice !

Participez au sondage !


Marie Ségolène Royal aurait elle publié son patrimoine si le buzz généré par le web n’avait pas existé ?
OUI
NON
Commentaires: