Pas les Royal. www.paslesroyal.com
http://paslesroyal.com/spip.php?article75
Accusation sans preuve et barbouzerie : le programme de Ségolène
jeudi, 25 janvier 2007

Afin de faire oublier les gaffes à répétition de leur candidate, les socialistes ont mis en place une « cellule riposte » afin d’attaquer Nicolas Sarkozy et ainsi détourner l’attention des français de leurs propres ennuis.

Aussitôt annoncée, aussitôt en action ! En effet, depuis hier matin, François Hollande en tête, l’équipe de Ségolène Royal tente de monter en épingle un article du Canard enchaîné accusant l’entourage du cabinet du ministre de l’intérieur d’avoir suscité une enquête des RG pour obtenir des informations sur M. Rebelle, ancien responsable de Greenpeace France et proche de Dame Royal.

Tout semble farfelu dans cette prétendue affaire. On apprend, par exemple que six fonctionnaires auraient été réquisitionnés pendant trois jours pour rédiger une note de trois pages ??? En voilà des cadences infernales !! Si les RG, comme le confirme le Figaro, ont bien enquêté sur M Rebelle. La chose est très classique puisque leur rôle consite à suivre les mouvement sociaux. La création de la fiche RG de l’ancien leader de Greenpeace est, d’ailleurs, bien antérieur à la campagne présidentielle. La volonté de mouiller le candidat UMP dans cette affaire apparaît comme une tentative de déstabilisation bien grossière. Ces allégations sont d’ailleurs démenties immédiatement par le cabinet du ministre.

Les accusations sans preuve : une tradition Royal

Ségolène Royal et son entourage semblent être des habitués des accusations sans preuve. Rappelons qu’alors qu’elle était ministre de l’enseignement scolaire, elle n’a pas hésité à s’immiscer dans une procédure judiciaire pour attaquer un professeur injustement accusé de pédophilie. La soif de sensationnalisme de Ségolène et son amour des caméras l’ont, ainsi, conduite à fouler au pied l’honneur d’un homme et de sa famille.

On peut retrouver des éléments sur cette affaire dans un blog à la mémoire de la véritable victime de cette cabale Bernard Hanse. Extrait : « Suite au suicide de Bernard Hanse, un enseignant apprécié de tous, le Procureur de la République Monsieur Dintroz met en examen un élève mineur pour dénonciation mensongère. Le lendemain le 9 juillet 1997 Mme Ségolène Royal remettra publiquement en doute cette décision de justice. Ses commentaires déplacés participeront à un véritable lynchage médiatique à l’encontre d’une famille plongée dans la douleur, à l’encontre d’un homme d’honneur. Inhumaine incompétence… Absence de compassion et d’ordre juste… […] Le 21 juin 2002 la Cour d’Appel du Tribunal des mineurs de Reims rendra son délibéré final en déclarant Bernard Hanse innocent. Un être humain et responsable, dans une République du Respect aurait, devant ce drame, recherché des paroles d’apaisement ou à minima gardé le silence.

Mais Ségolène n’a pas résisté aux sirènes des caméras et se lance dans une déclaration totalement indigne d’un ministre.


Royaldiffamation3
envoyé par hansebernard

Barbouzerie et subversion : les proches de Ségolène ne sont pas à leur coup d’essai

Quant à ceux qui dans l’équipe de la candidate jouent aux vierges effarouchées dénonçant les « méthodes de la droite » et accusant le ministre « d’utiliser la police à son service » (Le Monde daté du vendredi 26 janvier 2007) il est bon de leur rappeler que la gauche est sans conteste la championne en ce domaine. Qui avait constitué une cellule d’écoute à l’Elysée ?
Qui faisait écouter des journalistes, des écrivains pour protéger ses petits secrets ?

En matière de Barbouzerie, l’équipe de Ségolène n’a donc rien d’une bande de bleue.

Gilbert Flam, un des soutiens de Ségolène, est d’ailleurs très critiqué, même en interne, pour ce genre de méthode. En effet, «  Ce magistrat jadis détaché à la DGSE (les services secrets français), où il dirigeait le service qui avait enquêté sur d’hypothétiques comptes secrets de Jacques Chirac au Japon, est l’un des signataires de l’appel lancé par la section Léon-Blum du 11e arrondissement (celle du premier secrétaire fédéral de Paris, Patrick Bloche) en faveur de la candidate à l’investiture du Parti socialiste pour l’élection présidentielle, Ségolène Royal. » . Newsletter du Monde du 3 novembre 2006.
Mais cet appel a provoqué de nombreux remous dans la section PS de l’arrondissement. Les fabiusiens ont dénoncé la censure, les pressions et les barbouzeries pratiquées par le camp Royal.. Voir le communiqué de presse des fabiusiens.

Alors est-on en train de vivre en direct une rechute de la gauche dans des méthodes d’un autre temps ? Est-ce cela l’héritage mittérandien que revendique Ségolène ?

Commentaires: